Benoît Sturbois (Amiens Portugais) : « Garder la ligne de conduite collective »

Benoit Sturbois Amiens Portugais

Après s’être rassuré en l’emportant contre Miannay le week-end dernier, l’Amiens Portugais va tenter de lancer une série positive à l’occasion de la réception de l’équipe réserve de Marcq-en-Baroeuil. Et pour cela, Benoît Sturbois autant de son équipe qu’elle fasse preuve d’autant d’application et de sérieux. Entretien.

Benoît, on imagine que le maître-mot est « confirmation »…

C’est exactement ça. L’objectif est d’essayer de garder la ligne de conduite collective, aussi bien en termes d’état d’esprit – là où l’équipe a été irréprochable – qu’en termes de résultat. On va jouer une équipe d’un tout autre calibre, qui vient de s’imposer contre Etaples, a un profil totalement différent de celui de Miannay. Il ne faudra pas forcément mettre les mêmes ingrédients, même si sur cette notion d’agressivité, d’état d’esprit, il faudra rester au niveau. On devra tenter de plus conserver le ballon parce qu’on va jouer une équipe qui veut le ballon. On veut prendre les trois points mais pas n’importe quoi. Il va peut-être falloir essayer de ne pas perdre face à une équipe qui terminera dans le haut de tableau, sans aucun doute.

Faîtes-vous partie de ceux qui appréhendent de jouer deux matches de suite à domicile ?

Je pourrais dire que c’est un avantage de jouer à domicile, mais quand je vois les résultats que l’on a pu faire, ce n’est pas gage de vérité. Très honnêtement, je préfère jouer Marcq à domicile sur un terrain un peu compliqué vu la grosse maîtrise qu’ils ont sur leur synthétique. C’est le seul point positif que je vois de jouer à domicile.

Ce terrain du stade Michelet est-il un frein à vos ambitions dans le jeu ?

On essaye de garder nos principes, à savoir la maîtrise du jeu et la possession, mais même à l’entraînement ça devient très compliqué de travailler correctement et de demander aux joueurs de jouer en une ou deux touches de balle. Avec ce terrain, une ou deux touches c’est à peine la maîtrise du ballon donc il faut qu’ils en rajoutent une ou deux à chaque fois. Même nous, avec Nordine, on essaye de s’adapter, mais devoir s’adapter au terrain est une problématique supplémentaire. On fait avec les moyens que l’on a, que l’on nous donne, on ne va pas se plaindre. Pour répondre honnêtement à la question, ça nous oblige à revoir notre façon de jouer, surtout quand on a recruté des joueurs pour jouer de cette façon et qu’on est obligé de faire jouer un peu contre-nature. Tout le monde a compris qu’il fallait aire les efforts à ce niveau-là, parce que même à domicile ce n’est pas forcément possible de pouvoir s’épanouir dans le jeu et la possession. On fait avec. Il y a un projet de synthétique qui est mis en place, on espère que ça va aboutir parce que ça nous permettra de pouvoir mettre en place ce que l’on souhaite réellement mettre en place sur notre projet de jeu et ça permettra à nos 500 licenciés de cumuler des séances d’entraînement sans devoir faire attention à l’état du terrain comme ça peut l’être en ce moment.

Avez-vous l’impression que le plus dur est derrière vous désormais ?

Je vais rester très mesuré. On espère, comme tout le monde, que l’on a chassé nos vieux démons mais ce serait précipité de dire que tout rentre dans l’ordre après une victoire face à un mal classé qui n’avait pas gagné. Il ne faut pas oublier que l’on a concédé le premier but sur ce match, c’est quelque chose que l’on doit gommer. Tous les maux ne sont pas rétablis. On espère que ce sera le début de série, oui. Il n’y a pas forcément de signaux disant que tout les voyants sont au vert, mais on arrivera à se soigner en enchaînant les bons résultats. On l’a fait une fois, c’est très bien, et il fallait le faire, c’était capital, mais le match qui arrive l’est tout autant. Il va falloir trois ou quatre matches pour savoir si on a réellement trouvé une solution et que ça pourra permettre de laisser de côté nos problématiques récurrentes.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

AMIENS PORTUGAIS – MARCQ-EN-BAROEUIL (b)

Dimanche 23 janvier, 14h30

9ème journée de Régional 2

Stade Michelet, Amiens

Arbitre : M. Sueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.