Benjamin André (LOSC) : « M’engager sur le long terme »

Benjamin André LOSC confirmation
Pavel Clauzard / Le 11 HDF

Jeudi, la prolongation de contrat de Benjamin André était annoncée au LOSC pour une durée de trois ans. À la veille de la réception de Troyes, le milieu de terrain est venu se confier et expliquer les raisons de son choix, tout en évoquant d’autres sujets. Entretien.

Benjamin André, ce contrat va vous emmener assez loin au niveau de votre carrière. Est-ce que ça a été aussi une question et pourquoi avoir choisi de prolonger aussi longtemps ?

Bien sûr. Je l’avais dit quand je discutais avec la Voix du Nord, il y avait une vraie réflexion. Quatre ans, c’est un cycle, surtout qu’il s’est passé beaucoup de choses. Il y a eu énormément de pour et de contre. Pour avoir discuté et demandé conseil, parce que c’est une réflexion personnelle, je pense qu’il faut aussi les avis de personnes qui ont déjà vécu ces moments-là, qui ont un peu plus d’expérience. Quand on est bien quelque part, c’est bien aussi d’insister et de continuer. Il y a encore beaucoup de choses à faire ici. On a fait de bonnes choses, il y a eu des moins bonnes, mais je pense que l’avenir est positif. Le club envoie de bons messages, que ce soit au niveau de l’équipe première, mais aussi à la formation, les jeunes qui montent avec nous, l’ambition, les actionnaires. Le discours est ambitieux et c’est ce dont j’avais besoin, qu’on tienne ce discours-là, car encore une fois, j’ai envie de gagner. Quand on a goûté à la victoire, on a forcément envie de recroquer dedans. Il y a plein de choses à faire, je suis très content de m’engager sur le long terme, car ça veut dire de la confiance, une fidélité. Ça fera normalement sept ans dans le même club, je pense qu’à l’heure actuelle, c’est très important. J’aurai connu que trois clubs dans ma carrière, donc ça veut dire beaucoup de choses.

Vous aviez parlé de cette envie de gagner. Qu’est-ce qui vous a convaincu et quelles garanties avez-vous eu ?

Il n’y a jamais de garanties réelles. C’est l’ambition du club, l’ambition du projet. Pour être tout à fait honnête, je prends beaucoup de plaisir dans la façon dont on joue, dans ce qu’on propose. Avec mes coéquipiers, ça se passe très bien. Il y a forcément aussi une affection particulière dans ce groupe, on s’apprécie beaucoup. Évidemment qu’il y a d’autres notions qui sont rentrées en jeu, mais c’est une part très importante la façon dont on joue, ce qu’on propose et ce qu’on a envie de faire.

Quand vous dites « j’aurai connu trois clubs dans ma carrière, est-ce que cela veut dire que vous vous projetez déjà sur un après contrat ?

Il faut être lucide, ça m’emmène à 36 ans. Je ne sais pas ce qu’il y aura derrière. Je sais que c’est ce que j’ai fait toute ma carrière, tout donner dans le même club et essayer de durer. C’est peut-être le plus difficile dans le football, durer et confirmer. C’est quelque chose de pas facile, mais c’est important et très révélateur de la confiance que le club me donne.

Par rapport à l’efficacité offensive, ressentez-vous de la frustration chez vous et vos coéquipiers de perdre autant de points, et ce, alors que vous développez un jeu très intéressant ?

C’est logique et de façon tout à fait honnête, on en discute beaucoup. Par rapport à ce qu’on produit et aux points qu’on peut avoir laissé de côté, si on fait le calcul, on serait plus haut. Force est de constater que nous ne sommes pas décrochés, malgré tout dans le bon wagon. Évidemment que l’efficacité c’est important, la façon dont on joue, le plaisir qu’on prend. Je pense très sincèrement et en étant honnête qu’on a beaucoup plus de chances de prendre des points avec la manière dont on joue, même si on manque d’efficacité. Je suis beaucoup plus rassuré en me disant qu’on crée des occasions, même si on en rate, plutôt que de me dire qu’on galère, qu’on marque un but comme ça. C’est beaucoup plus positif de se dire ça. Il faut être beaucoup plus tueurs et plus tranchants quand on a ces situations-là, mais il faut voir que les équipes qu’on affronte ne savent pas trop comment faire. Je pense qu’on est sur la bonne voie, il faut insister. Toujours faire plus et essayer parfois de forcer la main pour tuer le match. Moi je suis très confiant et très positif dans la manière dont on joue.

Ce contrat est-il aussi une manière pour vous de vous engager au club après ?

On n’en a pas du tout discuté. Je suis vraiment un acteur, je ne pense pas trop à l’après. Là, j’ai trois ans à fond, c’est ça mon objectif. Jouer tous les matches, être performant pour l’équipe.

Quelle est votre analyse sur l’inefficacité relative du LOSC ?

Je pense que ça doit être certainement mental à un moment donné. Quand on manque d’efficacité, ça vient beaucoup de la tête, de l’état d’esprit, du caractère aussi. Encore une fois, se créer beaucoup d’occasions, c’est le plus important pour moi. J’ai confiance en mes attaquants, en mes coéquipiers. Il y a beaucoup de paramètres qui rentrent en jeu, on presse beaucoup et on fait beaucoup d’efforts. Peut-être qu’on perd en lucidité avec ces efforts. Tout le monde en a conscience, on est à peine à la mi-championnat, pas encore tout à fait. Il reste beaucoup de temps pour progresser et être plus tueurs, plus dans le caractère.

Propos recueillis par Pavel CLAUZARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *