Baptiste Descamps (Longueau) : « On a vraiment la tête dans les chaussettes »

Symbole d’une équipe de Longueau rattrapée par la frustration lors de sa nouvelle défaite contre Maubeuge (2-4), Baptiste Descamps a écopé d’un carton rouge sur une sortie mal maitrisée en dehors de ses buts. Touché mais pas coulé, le dernier rempart du promu samarien veut encore y croire. Entretien.

Baptiste, rien ne tourne dans le bon sens pour Longueau…

Tout ce qui nous réussissait l’année dernière est en notre défaveur aujourd’hui. C’est à l’image du premier but où je relâche le ballon. L’an dernier, un défenseur aurait mis la tête ou l’attaquant aurait frappé sur la barre derrière. Aujourd’hui, ça fait ficelle tout de suite et ça appuie sur le moral des troupes. On a vraiment la tête dans les chaussettes. C’est vraiment dommage car, hormis Lens où on fait un non-match, tous les adversaires s’accordent pour dire qu’on n’a rien à faire à la dernière place. C’est assez extraordinaire ce qu’on arrive à produire, par contre on manque de réussite dans les deux zones de vérité. On n’est tout simplement pas assez efficace pour le niveau National 3.

Le problème est que ça fait sept défaites en sept matches, ça doit être de plus en plus difficile à vivre…

A l’image de l’action où je prends le rouge, où j’envoie toute ma frustration dans mon tacle… C’est un coup de colère par rapport à notre début de saison, j’ai tout lâché sur cette action. Je savais que je ne pouvais pas avoir le ballon. C’est tellement frustrant de bien faire les choses et de ne pas être récompensé. Avoir 0 point après 7 matches, ça ne peut plus durer. Il faut au moins qu’on prenne un point, si possible trois, d’autant qu’on le mérite avec ce qu’on produit. En tant que gardien, c’est aussi difficile mentalement de prendre autant de buts. Je sais que le coach va nous protéger et continuer à nous donner du punch et l’envie de se battre. On ne va donc rien lâcher, peu importe ce qui se passera à la fin de la saison. J’espère qu’on va réussir à vite relever la tête en allant prendre des premiers points à Chantilly dans quinze jours.

Estimez-vous que ce rouge est logique ? 

Non. Il y a clairement faute mais l’arbitre principal sort le jaune en plus au départ et l’assistant lui dit de mettre un rouge. En discutant avec les joueurs, certains me disent que c’est logique, d’autres que non. Je ne pense pas le mériter, même s’il y a faute et que je suis en retard. J’y vais un peu fort mais je ne me vois pas prendre un rouge. J’espère surtout prendre un minimum de matches.

C’est le pire début de saison de ma vie en tant que footballeur.

Comment croire que ce n’est pas déjà cuit pour Longueau ? 

Tant que mathématiquement ce n’est pas fait, on va y croire. On veut prendre entre sept et neuf points d’ici la trêve, il nous reste quatre matches et on peut encore attendre ce premier objectif. Surtout, tant que l’espoir est permis on va y croire. C’est forcément difficile le lundi quand on retourne bosser mais on revient à l’entraînement le mardi avec la banane. On y croit toujours et on ne lâchera rien jusqu’à la fin.

Est-ce le moment le plus éprouvant depuis que vous jouez au football ? 

Clairement, oui. C’est le pire début de saison de ma vie en tant que footballeur. Je n’ai jamais connu ça, c’est aussi un test et un challenge à relever. Il faut faire le maximum pour aider l’équipe à se maintenir, c’est un bon challenge même si pour l’instant c’est difficile à encaisser.

N’est-ce pas encore plus difficile de se dire que vous rivalisez mais qu’il n’y a encore aucun point au compteur ? 

C’est ça le plus compliqué, oui. La semaine dernière, on va chez le leader (ndlr : Feignies) et on a rendu une belle copie du début à la fin. On prend encore un but sur une erreur d’appréciation de la trajectoire dans la profondeur. C’est comme ça depuis le début de saison en plus. C’est le plus frustrant mais c’est aussi pour ça qu’il faut rester la tête à l’endroit pour réussir à faire basculer les matches en se montrant encore plus rigoureux.

A force, ce serait humain que la frustration prenne le dessus sur tout le reste et que le groupe finisse par un peu baisser les bras…

C’est humain oui. Quand tu donnes tout et que rien ne tourne dans le bon sens, ça peut devenir compliqué. C’est ce qui fait le plus mal mais je pense qu’une première victoire nous ferait énormément de bien et pourrait débloquer quelque chose. Si on prend trois points sur le prochain match, je pense qu’on peut atteindre notre objectif de 7-9 points d’ici la trêve. Il faut un déclic, une victoire. Là, quand tu regardes le classement et que tu vois Longueau à zéro points, ce n’est pas possible en fait. Il faut réussir à stopper ça. On y croit toujours.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *