Azouz Hamdane (AC Amiens) : « C’était une mutinerie ! »

Azouz Hamdane AC Amiens
Adrien Rocher - Le 11 HDF

Une semaine après une courte et précieuse victoire à Lille, l’AC Amiens est retombé dans ses travers en se plombant en moins de temps qu’il ne faut pas le dire à Lambres (2-1), dimanche pour le compte de la 7ème journée de National 3. De quoi mettre hors de lui Azouz Hamdane, frustré par certaines errances individuelles. Entretien. 

Azouz, comment expliquez-vous cette défaite à Lambres ? 

Deux erreurs individuelles du même joueur qui sont explicables par la suffisance. J’ai des joueurs qui se pensent tellement forts qu’ils peuvent se permettre de jouer à 50%, ou en tout cas avec 50% de la qualité qu’ils pensent avoir. A notre niveau, on gagne ce match 10 fois sur 10, mais comme on est entré sur le terrain avec le mauvais état d’esprit… Je ne sais pas pour qui ils se prennent. Je leur ai dit à la mi-temps et je le dis donc encore plus facilement après le match. Je ne sais vraiment pas dans quel monde ils vivent, quelle idée ils ont de la qualité qu’ils peuvent avoir. En tout cas, c’est très au-dessus de la réalité. Le match se joue sur ça car notre adversaire n’a aucune occasion franche. Sur le premier but, on essaie de relancer et on se fait contrer. Sur le deuxième, on concède un penalty bêtement et on se retrouve à 2-0 au bout de vingt minutes.

Après ça, on a pris le match en main, on marque avant la mi-temps. Je pensais que ça suffirait pour au moins obtenir le nul en deuxième mi-temps. On a eu pas mal d’occasions mais on est tombé sur une équipe qui a joué avec son coeur, qui connait ses qualités et qui les a fait valoir à 100%. De notre côté, on n’est pas assez bon pour jouer que 75 minutes. Si je prends tout ça à coeur, ça fait vraiment trop de mal. Quand eux-mêmes ne comprennent pas et restent complètement à côté de leur sujet. Je ne sais vraiment pas comment leurs cerveaux tournent. Après avoir gagné à Lille, on a la possibilité d’enchaîner contre un adversaire plus que prenable mais non il faut qu’ils se mettent dans une situation défavorable. C’est vraiment schizophrénique tout ça. Je ne veux même plus mettre du coeur à l’ouvrage, sinon ils vont m’avoir à l’usure. Je ne veux même plus me faire du mal pour tout ça. Ce groupe est vraiment trop spécial.

Et le problème est que vous allez finir par jouer avec le feu…

J’entendais les joueurs dire : « on est qu’à trois points du premier » (ndlr : six en réalité). Non, on est à une galaxie et à des années-lumière du premier. Notre championnat va être celui de la deuxième partie de tableau, des sept-huit derniers. C’est assez flippant parce qu’on va perdre à Lambres, une équipe qui va jouer le maintien. Dans ma tête, il est clair qu’on joue le bas de classement et sûrement pas le haut de tableau. J’avais espoir de réaliser un bien meilleur début de saison, ce n’est pas le cas. Maintenant, le championnat est encore loin d’être fini, il va se passer beaucoup de choses.

Il serait temps que ce vestiaire prenne conscience de tout ça, car c’est avant tout leur classement, leur saison…

Individuellement, beaucoup de joueurs comprennent tout ça, ce n’est pas le souci. Maintenant, c’était une mutinerie hier (dimanche). Qu’est-ce que tu veux faire contre un joueur qui se prend pour ce qu’il n’est pas en faisant un crochet dans les vingt derniers mètres qu’il n’est pas capable de faire ? Le collectif ne peut rien faire contre des erreurs individuelles. Au-delà de ça, ce sont les attitudes collectives du premier quart d’heure qui me questionnent. Il y a quand même des joueurs que ça touche et il y a finalement plus de joueurs que ça touche que de joueurs que ça ne touche pas. Les années précédentes, le ratio était quand même négatif. Il y a quand même de l’amélioration au fil des années. On va se battre avec ces joueurs, même s’il faut être moins fringant et faire comme la saison dernière. Je voulais remettre un peu de jeu et d’animation cette saison, si ce n’est pas possible on va faire sans.

On se rend bien compte que les grandes choses n’arrivent pas.

On va repartir avec des joueurs peut-être un peu moins talentueux mais plus volontaires et déterminés. Ceux qui pensent être les meilleurs du monde alors qu’ils ne font que jouer en Régional 1 ou en National 3 depuis des années, ils iront jouer en Régional 3. Je vais laisser encore une ou deux semaines pour voir comment ça tourne mais je crains que ça ne soit pas possible. On va finir par construire un vrai groupe compétitif mais avec celui-ci, dans cette configuration, on ne fera jamais de grandes choses. On se rend bien compte que les grandes choses n’arrivent pas. Quand on perd à Eperlecques et à Lambres, ce n’est pas avec ce groupe qu’on peut faire de grandes choses. Il faut réfléchir à comment affiner et peaufiner encore et encore ce groupe. Je suis persuadé que ça va finir par fonctionner. Il ne faut pas tout abandonner non plus, ne serait-ce que pour les joueurs affectés par la situation et concernés au quotidien. C’est vraiment ce qui me rassure pour la suite.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

LAMBRES – AC AMIENS : 2-1 (2-1)

7ème journée de National 3

Stade Robert Drecourt, Lambres lez Douai

Arbitre : M. Serpaud

Buts : Benguesmia (16′, 19 s.p.) pour Lambres ; Rosso (33′) pour Amiens

AC AMIENS : Ba – Villier, Tougouman (M’Vila, 23′), Camara – N’Goma (Khelif, 70′), Rosso (Thiam, 54′), Sagouti (c.), Labhiri – Cetiner (Rahali, 70′) – Seck (Zerdab, 70′), Slidja

Remplaçants : Rahali, Zerdab, Khelif, Thiam, M’Vila

Entraîneur : Azouz Hamdane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *