Antoine Leautey : « Découvrir la Ligue 1 avec l’Amiens SC, ce serait magnifique »

Amiens SC Leautey
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

Désigné meilleur joueur de la phase aller par les lecteurs du 11 Amiénois, Antoine Leautey nous a accordé un long entretien pour débriefer la première partie de saison de l’Amiens SC. Le piston droit a également évoqué sa situation personnelle, lui qui reste un peu sur sa faim par rapport à ses performances, et aussi faire l’éloge du public amiénois. Entretien.  

Le 11 Amiénois a organisé l’élection du joueur de la première partie de saison de l’Amiens SC et nos lecteurs ont décidé de vous distinguer. Qu’est-ce que cette distinction représente pour vous et quel regard portez-vous sur votre phase aller ?

Ça fait vraiment plaisir. Je ressens beaucoup de reconnaissance depuis mon arrivée. Je découvrais à la fois un nouveau club et un nouveau poste et ça se passe très bien. Je me sens vraiment bien à Amiens. Je remercie tous ceux qui ont voté pour moi et j’espère vraiment faire une belle deuxième partie de saison. Je sais que je dois encore m’améliorer dans plein de domaines et c’est pour ça que je suis encore en Ligue 2. Je sais que je peux faire mieux dans le dernier geste. Par exemple, je suis à trois passes décisives, même si je pense que ça ne représente pas toutes les passes décisives que j’aurais pu faire. Pour autant, je sais que je peux encore faire mieux. Défensivement, j’ai encore des progrès à faire. Quoi qu’il en soit, je suis plutôt satisfait car je ne m’attendais pas à m’adapter aussi vite à ce poste.

Vous avez effectivement vite pris des repères à ce nouveau poste, même défensivement…

Honnêtement, le fait d’être Formose (Mendy) derrière moi, ça m’aide pas mal. Je sais que je peux aussi lui laisser jouer pas mal de un contre un. J’ai confiance en lui et ça me rassure. En tout cas, je suis content de mon adaptation.

Vous avez évoqué votre bilan statistique (2 buts, 3 passes décisives). Il vous laisse vraiment sur votre faim ? 

Oui, je pense que je pouvais faire beaucoup mieux. Je pense que j’avais la possibilité de marquer un ou deux buts de plus notamment. Maintenant, tant qu’on gagne et qu’on termine le plus haut possible, mon bilan statistique ce n’est pas le plus important.

Comment vous sentez-vous physiquement après des pépins qui ont coïncidé avec la série de défaites de l’Amiens SC avant la trêve de la coupe du Monde ? 

Je me sens beaucoup mieux. J’ai eu des douleurs par-ci par-là. C’est aussi une période où se retrouvait mené dans les matches, ça demande encore plus d’efforts et ça renforce la fatigue et ça peut amplifier des douleurs. Maintenant, la trêve de la coupe du monde m’a fait beaucoup de bien.

Si j’ai la chance de monter avec Amiens, ce serait magnifique.

A mi-saison, ce retour en Ligue 2 se passe très bien pour vous…

Ça se passe bien en espérant atteindre le top du top en fin de saison.

Le top du top, ça signifie aller découvrir la Ligue 1 avec l’Amiens SC…

C’est clair, oui. Maintenant, je ne suis pas obnubilé par ça. Je le dis sans langue de bois, je me sens vraiment bien ici. Si j’ai la chance de monter et découvrir la Ligue 1 avec Amiens, ce serait magnifique. Jouer en Ligue 1 est bien évidemment mon objectif. Après l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Si ça ne se fait pas avec Amiens cette saison, ce n’est pas pour ça que je vais chercher à partir.

Avez-vous le sentiment d’être dans la meilleure phase de votre carrière ?

Je pense avoir beaucoup progressé en allant jouer pendant deux saisons au Portugal, que ce soit tactiquement ou techniquement. C’est aussi une expérience de vie qui fait grandir Je pense que je suis vraiment en train de réaliser une de mes meilleures saisons.

Vous avez parlé de la reconnaissance du public, il n’a fallu qu’une poignée de matches pour être adopté par le public de la Licorne. Vous ressentez ce lien, palpable de l’extérieur ? 

Oui, je le ressens. Je sens que je suis poussé par les supporters. Après, c’est ma façon de jouer de tout donner sur le terrain, de ne rien lâcher, on sait aussi que c’est plus simple quand le public est avec nous.

Quel regard portez-vous sur le public amiénois, qu’on dit souvent très exigeant ? 

On n’a peut-être pas la grosse affluence de Ligue 2, mais on sent que quelque chose se dégage de ce stade. J’ai joué à Boulogne-sur-Mer par le passé et je retrouve ce public du Nord, assez exigeant. Par contre, contre Dijon ou Guingamp, on sent que quelque chose se passe dès que le scénario est au rendez-vous. Sans critiquer les autres équipes, on ne ressent pas la même atmosphère dans des stades de Ligue 2 qui peuvent faire une plus grosse affluence. Je ne compare pas la Licorne au Vélodrome, attention, mais on sent qu’Amiens est une vraie ville de football qui ne demande qu’à s’enflammer pour son équipe. Je me dis que ça peut être vraiment magnifique si on lui offre une belle deuxième partie de saison.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *