Antoine Leautey (Amiens SC) : « Sortir de cette spirale de défaites »

Amiens SC Leautey
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

Ménagé contre Chambly, Antoine Leautey sera bien de la partie pour le dernier déplacement de l’année civile de l’Amiens SC, samedi à Pau. Après les deux récentes défaites contre Nîmes et Saint-Etienne, le piston droit amiénois a bon espoir de réenclencher une spirale positive afin de vite chasser les doutes. Entretien. 

Antoine, l’heure est venue de relancer la machine pour l’Amiens SC…

Oui, il faut sortir de cette spirale de défaites. Je pense qu’à Nîmes, on est passé complètement à côté du match, peut-être trop de confiance. Après Saint-Étienne, pour moi, on fait une bonne première mi-temps. Mais à partir du moment où on prend le but, on ne crée plus grand-chose. Le plus important c’est de retrouver la victoire, notre efficacité offensive et notre solidité défensive, c’était notre force ce début de saison. J’espère qu’on va gagner trois points contre Pau. Il reste deux matches de championnat avant la trêve. Ils vont être compliqués à jouer mais on a aussi des forces donc ça va être du 50/50. J’espère juste que sur l’envie et l’engagement, on va retrouver notre force. On sait qu’à l’extérieur on a un peu plus de mal, mais on sait aussi que lorsque l’on est tous ensemble, c’est difficile de nous bouger.

Sur l’envie et l’engagement vous ressentez un déficit depuis quelques matches ?

Contre Saint-Étienne, personnellement je ne l’ai pas ressenti. Face à Nîmes oui je l’ai ressenti, on n’était pas dans le match, on les a peut-être pris de haut. Là on a deux défaites, on ne peut plus se permettre de perdre si on veut espérer quelque chose. Notre force avant était que lorsqu’on marquait en premier, on était très difficile à bouger. Et quand on prend un but en premier, on a un peu plus de mal. Après c’est normal qu’au bout de la 14e journée, les équipes nous lisent mieux. C’est à nous de trouver d’autres moyens de déséquilibrer l’adversaire car nous aussi on va jouer contre Pau et on sait à quoi s’attendre. Je pense que toutes les équipes savent à quoi s’attendre.

Physiquement, on a l’impression que l’Amiens SC marque un peu le pas aussi…

Personnellement, ça m’a fait du bien de me reposer pendant la coupe de France. On avait enchaîné des mauvaises prestations donc ça m’a fait du bien personnellement. Là on va jouer le 14e et 15e matches de championnat de la saison. Je ne sais pas si les autres équipes ressentent aussi cette fatigue. Pour nous, oui, je la ressens. Après c’est compliqué quand on est mené contre Nîmes par exemple, on doit puiser plus dans nos réserves car on attaque. Un match comme Rodez est plus facile à gérer physiquement par exemple. Il y a peut-être une légère fatigue mais je pense aussi que c’est psychologique. Je pense que si on marque les premiers contre Nîmes et Saint-Étienne, on l’a l’énergie.

Peut-on dire que ça commence un peu à cogiter en l’absence de ce facteur efficacité ?

Il ne faut pas se prendre la tête. On savait qu’on allait traverser une période un peu plus difficile. Il ne faut pas tout remettre en cause. On n’est pas au-dessus des équipes, on est une équipe qui se bat avec nos valeurs. Il ne faut pas mettre le feu au vestiaire, il n’y a rien d’urgent mais il faut quand même vite se remettre en question.

Amiens SC Leautey
Maxime Le Pihif/FEP/Icon Sport

Pour moi on a un très gros potentiel qu’on n’a pas encore développé.

Pouvez-vous comprendre qu’on pense que l’Amiens SC rentre tout simplement dans le rang ? 

Je comprends et comme je l’ai déjà dit, on n’est pas au-dessus des équipes. Pour moi on a un très gros potentiel qu’on n’a pas encore développé. Je pense qu’on peut fair beaucoup mieux. À nous de faire mentir tout le monde et ça commence par une victoire contre Pau ce week-end.

Peut-on s’attendre à un type de match similaire à celui remporté à Rodez le mois dernier ?

Je ne sais pas, je sais juste que Pau, offensivement ils ont de très bons joueurs. Le danger vient d’un peu partout. Ils vont vite devant, ils font des bons appels. Ils ont une très bonne équipe. Je les trouve vraiment très bons offensivement. Donc ça va être du 50/50 et si on a la chance d’ouvrir le score moi ça me va tout de suite et si on fait le même match que contre Rodez ça me va aussi.

Comment abordez-vous ce mois de novembre un peu particulier avec l’approche de la longue trêve de la coupe du monde…

Ça va être bizarre, je ne peux pas vous dire comme on va le vivre car ça être inédit. On va refaire une deuxième préparation physique mais bon on s’adapte. Je pense qu’après ces deux matches de championnat on va dire et savoir où l’Amiens SC se situe.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Clément ROSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *