Antoine Buron (Amiens SC) : « On a pris ce match par le bon bout »

Victorieux face à Vimy pour bien lancer son année 2022, l’Amiens SC (b) a oublié le scénario catastrophe subi à Wasquehal, notamment grâce à une bonne entame de match selon Antoine Buron.

On imagine de la satisfaction de redémarrer de cette façon…

C’est toujours mieux de redémarrer par une victoire. Je pense que l’on a pris ce match par le bon bout même si on n’a pas toujours été juste dans ce qu’on a fait et que l’on a été facilité par l’expulsion de Vimy mais il était mérité. Leur infériorité numérique nous a facilité la tâche mais il y a eu le même scénario contre Feignies et on n’avait pas su en profiter. Je suis plutôt satisfait de la première période que l’on a produit.

Votre attaque a retrouvé des couleurs…

On restait sur une grosse contre-performance à Wasquehal (0-4) et c’est pour ça que c’est très bien de relancer une dynamique dès le début d’année. C’est vraiment intéressant.

D’autant plus que vous avez joué très jeune face à Vimy…

C’est clair ! Par la force des choses pour certains, par choix pour d’autres, il y avait quand même trois 2004 qui étaient titulaires. Ca rajeunit l’effectif mais ce sont des joueurs que j’estime aptes à jouer en réserve. A eux de répondre présent et sur l’ensemble du onze de départ mais aussi du banc, c’était effectivement très jeune. C’est aussi le but d’une réserve. Ca doit être des pros qui sont en manque de temps de jeu mais aussi des jeunes. Ils ont répondu présent aujourd’hui, ils avaient l’opportunité de montrer des choses en bénéficiant de peu de redescentes en dehors de Mathieu (Rongier) et Ylies (Zitouni). C’est satisfaisant de ce côté-là parce que ça veut dire que le travail qu’ils font au quotidien est plutôt bon. Ca les récompense aussi.

Quel a été votre discours à la mi-temps ?

C’était de rester lucide, ne pas tomber dans ce que l’on avait fait contre Feignies en déjouant. On devait rester concentré, continuer à mettre du rythme. Le facteur physique allait intervenir sur la deuxième mi-temps donc il fallait rester simple dans ce qu’on devait faire tout en mettant plus d’intentions de jeu vers l’avant. Ils l’ont plutôt bien fait.

Vous avez également bien géré les temps faibles et forts…

Parfois, le travers des jeunes joueurs est de tout faire à 200 à l’heure. Je trouve que l’on a bien géré nos temps faibles, effectivement, et sur nos temps forts, on a eu le bon geste pour scorer, ce qui nous a facilité les choses, mais je pense qu’il y a encore de la maîtrise à avoir là-dessus. On continue de progresser.

D’un point de vue comptable, ce succès fait aussi du bien…

A un moment, oui, il faut prendre des points parce qu’on est sur deux tableaux : la formation et la compétition. Si on peut gagner avec les jeunes, c’est mieux, parce que sur le plan comptable on doit engranger. Le mot d’ordre était de gagner pour se donner de l’air par rapport au fond du classement. C’est chose faite et c’est plutôt bien.

Propos recueillis par Emilien PAU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.