Antoine Buron (Amiens SC b) : « Il y a une mi-temps de chaque côté »

Antoine Buron Amiens SC b

Une semaine après sa première victoire, l’Amiens SC (b) a décroché un deuxième match nul loin de ses bases, samedi sur le terrain de St Omer (0-0). Le tout au terme d’une partie où les deux équipes ont eu l’opportunité de l’emporter. Débrief complet avec Antoine Buron.

Antoine Buron, avez-vous des regrets après ce match nul ? 

Il y a une mi-temps de chaque côté. Les grosses occasions de la première mi-temps sont pour nous et c’est sans doute pas le même match si on ouvre le score sur une d’entre elles (ndlr : une occasion pour Gomez, une pour Gene). On doit être capable de marquer les premiers pour se mettre à l’abri. Ils ont élevé le niveau en seconde période et ça a été un peu plus compliqué pour nous. Sur l’ensemble du match, c’est un match nul logique à mes yeux. On doit être plus tueurs devant, mettre plus de conviction dans nos actions, si on veut faire basculer ce genre de match de notre côté.

Ce match nul permet de conserver l’invincibilité et de demeurer sur une dynamique positive…

Ce rythme d’un point à l’extérieur et de trois points à domicile peut effectivement me convenir. C’était important de poursuivre la série positive. Au-delà du résultat, c’est un match très formateur. Le contexte et le scénario font que ce n’était pas simple, avec une atmosphère chaude en tribunes, une deuxième mi-temps plus difficile sur le plan du jeu. On a su s’accrocher et ne pas perdre. C’est important d’avoir su ramener un point de ce genre de match. On va pouvoir continuer à travailler sereinement, dans un climat sans trop de pression. Il ne faut pas dire que tout est positif, il y a encore pas mal de choses à travailler, on est encore loin de notre niveau maximal.

Cette deuxième mi-temps symbolise ces pistes d’amélioration…

Totalement, oui. Même si cette équipe a su élever son niveau, changer aussi sa façon de jouer. C’est aussi le cas sur la première mi-temps, où on a la maîtrise du jeu, il faut montrer plus de justesse technique et d’efficacité. Il faut aussi qu’on arrive à mieux concrétiser nos temps forts. Grâce à l’état d’esprit, c’est un point arraché là où on aurait sans doute lâchés par le passé. On a eu le mérite de ne pas perdre. Le premier déplacement à Maubeuge n’était pas évident mais je savais que ça allait monter d’un cran avec le déplacement à Saint-Omer, avec un vrai public et une tribune pleine. C’est athlétique, il y a de la qualité foot, ça parle beaucoup, on a été chahuté dans les duels mais aussi dans les propos autour du terrain. Il faut être solide mentalement et concentré sur le terrain pour ne pas perdre le fil du match. C’était une vraie ambiance de football des Hauts-de-France et c’est bien d’être resté focus sur le terrain.

Ce qui est une découverte pour beaucoup de joueurs qui montent des U19…

Tout à fait. Quand on va à Paris, Lens, Lille ou Valenciennes, ce sont de bons climats d’apprentissage, face à de bonnes équipes, mais ça n’a rien à voir avec une ambiance de National 3 un samedi soir, face à une équipe première et avec un public présent pour supporter son équipe. Il faut savoir s’adapter à ces conditions de jeu. Dans l’apprentissage, les deux catégories sont complémentaires, l’aspect mental étant beaucoup plus important en National 3 où il faut savoir garder ses nerfs. Prendre un point dans ces conditions, ça permet aussi de créer une cohésion de groupe.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

PAYS DE SAINT-OMER – AMIENS SC (b) : 0-0 (0-0)

3ème journée de National 3

Stade Gaston Bonnet, St Omer

Arbitre : M. Vandenbilcke

AMIENS SC (b) : Rongier – Ouattara, Empunda, Lamego, Xantippe – Gene, Traoré, Mourabit – Gomez, Bariki (Boulet, 35e), Keita (Sakoha, 70e)

Entraîneur : Antoine Buron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *