Amiens SC : Un riche investisseur a fait part de son intérêt

Président de l’Autorité de divertissement saoudienne, Turki Al-Sheikh est intéressé par une entrée au capital de l’Amiens SC. Une probabilité que n’écarte pas Bernard Joannin, l’actuel président du club. 

Comme révélé par le média d’état saoudien Arriyadiyah, Turki Al-Sheikh s’intéresse ainsi à l’Amiens SC, qui prépare actuellement sa troisième saison en Ligue 1 par le biais d’un stage outre-Manche. Pour autant, ce n’est pas un achat du club mais une entrée au capital qui est d’actualité. « Et il n’est pas le seul. Je ne suis pas opposé à ce que des actionnaires nous permettent de progresser, a confié Bernard Joannin à nos confrères de l’Équipe. Je suis fier que des investisseurs puissent s’intéresser à Amiens. »

Effectivement, selon nos informations, des investisseurs nordiques ont également fait part de leur intérêt pour le club picard. Deux ans après son arrivée dans la cour des grands, Amiens commence à susciter les convoitises et l’intérêt de riches hommes d’affaires souhaitant investir dans le championnat de France. Affaire à suivre.

2 Commentaires

Commenter
  1. très bon commentaire Ghis et je pense aussi que si les forces vives de la Picardie se mobilisaient l’ASC pourrait continuer à grandir encore plus vite mais quand à ouvrir le capital aux supporters pourquoi pas mais je ne pense pas qu’un supporter aurait les moyens de mettre assez d’argent pour faire progresser l’ASC

  2. Les dirigeants actuels ont prouvé qu’ils étaient capables de faire grandir le club, il est préférable qu’ils continuent autant que possible.

    S’ils ont besoin d’argent supplémentaire, pourquoi ne pas ouvrir le capital aux supporters qui défendront toujours le club plutôt qu’à on ne sait qui, venu faire on ne sait quoi à Amiens ?! Retenons les leçons de Grenoble, Sochaux ou encore Sedan.

    Je m’interroge, pourquoi n’y a-t-il pas de club au fonctionnement similaire à celui du Real Madrid en France (ou alors je ne le connais pas) ? Ce pourrait être un premier pas pour tendre vers cela, il y a assez d’argent et de compétences dans notre région et notre pays pour faire d’Amiens un grand club.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *