Amiens SC : un mois de décembre (presque) parfait

Akolo Amiens SC
Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

Trois victoires, une défaite pour finir l’année, le bilan de l’Amiens SC en décembre est resté dans la continuité de celui du mois précédent. Assez encourageant pour continuer la folle remontée en 2022 ?

Amiens submerge Dunkerque

Fort de sa qualification en coupe de France, l’Amiens SC reçoit Dunkerque avec une ferme intention : celle de s’imposer après trois matches nuls consécutifs en championnat. Face à un adversaire en plein doute (trois défaites de suite), les Amiénois vont faire le travail, et pas qu’un peu. Grâce à un doublé d’Aliou Badji, muet depuis plus de deux mois, et une réalisation de Chadrac Akolo, les Picards punissent les Dunkerquois. Pourtant ce match aurait pu basculer autrement. Il faut saluer la prestation de Régis Gurtner, auteur de trois parades décisives à 1-0, pour permettre aux siens de ne pas subir l’égalisation. Un succès qui fait énormément de bien, pas qu’aux joueurs mais à tout un club, qui respire à nouveau et s’extirpe du bas de tableau.

Tolu et Badji étrillent Grenoble

Nouvelle rencontre à la Licorne, et nouvelle réception d’une équipe en difficulté. Le GF38 est, comme l’USL Dunkerque, sur une série de trois défaites consécutives avant de se rendre en Picardie. Eh bien comme la semaine passée, les hommes de Philippe Hinschberger ne vont pas faire dans la dentelle. Adversaire différent, mais même tarif : trois buts d’écart ! Cette fois-ci, ce sont les deux attaquants titulaires qui vont briller devant le public amiénois. D’abord Tolu, irrésistible en première mi-temps, donnant deux buts d’avance à son équipe à la pause. Puis Badji en deuxième période, lui aussi auteur d’un doublé. Un petit but grenoblois en fin de match ne viendra pas gâcher le festival amiénois. Victoire quatre buts à un, un Amiens SC revigoré, une attaque qui marche du tonnerre, mais qui peut donc stopper l’ASC ?

Akolo 3, Guingamp 2

Après deux succès en championnat, retour à la coupe de France pour les Amiénois. Après Anzin Saint-Aubin (D1) puis Cambrai (N3), l’Amiens SC relève un tout autre défi, celui de l’En Avant Guingamp, également pensionnaire de Ligue 2. Sur sa formidable lancée, et malgré une équipe remaniée, les Amiénois vont étouffer leur adversaire du jour grâce notamment à un homme : Chadrac Akolo. Déjà buteur contre Dunkerque, le Congolais va tout simplement inscrire un triplé en l’espace de trente-cinq minutes. Amiens maîtrise le score et son sujet, mais va jouer à se faire peur. Livolant à l’heure de jeu, puis Gomis à un quart d’heure de la fin vont redonner espoir aux Bretons. Amiens va souffrir en fin de rencontre, mais va tenir et s’imposer trois buts à deux. Direction les seizièmes de finale, le 2 janvier prochain, où les Picards rencontreront l’ESA Linas-Montlhéry, surprenante équipe de National 3, tombeuse de l’USL Dunkerque et du SCO d’Angers.

Elan coupé à Paris

La dynamique est bonne, et pourtant trois jours plus tard, l’Amiens SC va se retrouver en échec pour la première fois du mois. Pour leur dernière échéance de l’année 2021, les Amiénois vont tomber sur une formation du Paris FC réaliste, solide, pour qui tous les astres étaient alignés. Un but très tôt de Guilavogui, deux blessures en un quart d’heure pour Badji et Bamba, les deux attaquants titulaires, des occasions amiénoises en seconde période, mais rien n’y fera. Comme transi de froid, l’ASC ne va pas afficher le même visage que depuis le début de mois. Une courte défaite qui vient légèrement gâcher la fête, dans un mois de décembre jusque-là impeccable.

En grande difficulté au début de la saison, l’Amiens SC a su tirer bénéfice de ces deux derniers mois pour se refaire la cerise et s’éloigner de la zone rouge. A la trêve internationale, les Amiénois se retrouvent donc à une quinzième place inespérée il y a quelques semaines. La défaite face au Paris FC ne doit pas entacher la confiance emmagasinée depuis une dizaine de matches maintenant. Pour continuer sa remontée au classement, l’ASC devra démarrer 2022 non pas comme 2021 s’est terminé, mais avec le même visage qu’affiché ces deux derniers mois.

Arthur LASSERON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.