Amiens SC : Un incroyable camouflet présageant d’un triste épilogue ?

Amiens SC Chambly
Panoramic

Au-delà d’avoir concédé une nouvelle défaite, la douzième de la saison, l’Amiens SC a fait peine à voir face à Chambly (2-0) samedi soir pour le compte de la 33ème journée de Ligue 2. Dépassé dans l’engagement, invisible sur le plan offensif et sans véritable projet de jeu collectif clairement identifié, les Amiénois apparaissent même déjà démobilisés à six matches de la fin de la saison. Le tout alors que le maintien n’est pas encore mathématiquement acquis. De quoi craindre le pire ?

Des ambitions démesurées pour une triste réalité

C’est un nouveau camouflet pour l’Amiens SC. Si perdre un match contre Chambly, l’actuel dix-neuvième de Ligue 2 – qui sera sera peut-être en National l’an prochain – n’a rien d’infamant même si cela demeure anormal pour un club qui visait les sommets cette saison, c’est surtout la manière avec laquelle cette deuxième défaite en trois jours fut concédée qui pose clairement problème. En effet, cette douzième défaite de la saison est un véritable camouflet au regard de la production des Amiénois. Incapable de se procurer la moindre occasion franche, l’unique tir cadré s’apparentant plus à un passe au gardien adverse qu’autre chose arrivant seulement en toute fin de rencontre, les hommes de Romain Poyet ont traversé cette rencontre tels des fantômes. Avec 57% de duels perdus, on peut même dire qu’ils se sont fait marcher dessus par une équipe qui en voulait beaucoup plus.

C’est la débandade totale à l’Amiens SC !

Pourtant, il y a eu des grands discours ces derniers temps. Entre ceux qui rêvaient d’un 9 sur 9, ceux qui évoquaient l’objectif de remonter dans le top 5 et d’autres encore qui osaient pointer du doigt la presse pour des articles jugés trop négatifs. Résultat des courses, c’est le contenu des matches de l’ASC qui est devenu on ne peut plus négatif, frôlant même le néant sur les deux dernières sorties à Clermont et Chambly avec cinq buts encaissés pour un seul tir cadré. Incapable de joindre les actes aux paroles, Régis Gurtner et ses coéquipiers restent ainsi sur cinq déplacements de rang sans parvenir à faire trembler les filets adverses. D’une fragilité extrême, les Amiénois suscitent aujourd’hui les mêmes inquiétudes qu’en novembre dernier, période à laquelle la formation d’Oswald Tanchot était passée tout proche de sombrer dans la zone rouge avant deux victoires au forceps contre Dunkerque et Rodez.

Romain Poyet (Amiens SC) : « Il n’y a pas eu le minimum, c’est un match raté »

Quatre mois plus tard, Amiens se retrouve quasiment dans la même situation avec seulement six points d’avance sur le barragiste, Guingamp, un adversaire qu’il faudra affronter dans moins de quinze jours à la Licorne. Et si les Picards ont toujours un joker dans leur manche avec le match en retard à disputer à Dunkerque le 28 avril prochain, attention à ce que la saison ne tourne pas au fiasco intégral. A trop vouloir bomber le torse, histoire de tordre le coup à des critiques légitimes, ce vestiaire en a peut-être oublié que le maintien ne coulait pas forcément de source pour une équipe qui demeure la plus mauvaise attaque du championnat, avec seulement 26 buts inscrits en 32 matches. Avec 40 points au compteur, l’ASC devrait toutefois éviter ce scénario catastrophique. Encore faut-il que ce groupe soit encore pleinement mobilisé sur les six matches restant à disputer.

Or, le doute est plus que jamais permis après cette nouvelle bouillie de football face à Chambly, où l’ASC a affiché le visage d’une équipe en totale déliquescence, d’une formation totalement démobilisée. Un état des lieux guère rassurant au moment d’aborder un sprint final qui pourrait très vite devenir étouffant si les Picards ne rectifient pas rapidement le tir.

Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 Commentaires

  1. Il faut vraiment ne rien connaître au foot ball ou vendre du rêve comme le 11 amienois ou notre cher président pour se rendre compte que cette équipe n a aucune envie , aucun esprit d equipe et si la relagation n intervient pas cela sera déjà très bien ….

  2. Pour répondre à R POYET l’entraîneur voilà des mois que l’ASC connait des matches ratés Après la relégation en L2 relégation peut-être injuste?? Le Staff avait les moyens de construire une bonne équipe de L2 Ce ne fût pas le cas et nous avons aujourd’hui une équipe de branquignols qui devra lutter pour éviter la relégation en National. Quel gâchis ……………..