Amiens SC : Quel avenir pour Valentin Gendrey ?

Présent dans le groupe pro de l’Amiens SC depuis le début de la préparation estivale, Valentin Gendrey a en outre profité du départ de Oualid El Hajjam à Troyes et d’un pépin physique d’Emil Krafth pour se montrer aux yeux de son entraîneur Luka Elsner. De là à voir son statut définitivement changer à l’orée de la saison 2019-2020 ?

Un début de parcours prometteur

Arrivé à l’ASC en U16, Valentin Gendrey s’apprête déjà à y vivre sa quatrième saison. Ayant gravi toutes les catégories de jeunes avec brio (U16, U17, U19) ce qui lui a permis d’être selectionné en équipe de France, le jeune latéral droit avait la saison passée intégré la réserve qui évolue en National 3 où il a participé à 23 rencontres.

Un second été chez les pros

De nouveau intégré au groupe de l’équipe première lors de cette nouvelle préparation estivale, il a pu, au delà de s’entraîner avec les professionnels, obtenir du temps de jeu en participant aux deux matches amicaux face à Boulogne et Valenciennes. Et s’il s’est montré discret face à l’US Boulogne, Valentin est apparu à son avantage face à VA. Luka Esner tire le bilan : « Il a fait ce qu’il fallait qu’il fasse à ce niveau-là. Ça a été satisfaisant pour lui cette rencontre ». Il a profité du forfait du titulaire habituel. « Emil a des problèmes au dos, il n’a pas pu s’entraîner sur les quatre derniers jours et on ne pouvait pas l’utiliser et forcément on a voulu voir Valentin à ce niveau ». Le nouveau coach amiénois a apprécié sa prestation en affirmant « qu’il a été bon ».

Une prise de conscience ?

Mais que s’est-il passé entre ces deux rencontres ? Son entraîneur précise : « on lui a dit qu’il avait besoin de mettre plus d’intensité dans tout ce qu’il faisait, dans les duels, dans son approche au niveau de l’ambition. Il a démontré aujourd’hui que le message était clair ». Un constat confirmé par le joueur après Boulogne. « Venant du centre de formation, je dois reconnaître qu’au début il y a une certaine pression ».

L’apprentissage des exigences du haut niveau

Pression qui est vite retombée grâce à la bienveillance de Luka Elsner. « C’est vrai que le coach m’a beaucoup parlé et, surtout, il me donne des conseils. Il me dit comment je dois me placer sur le terrain et j’essaie de mettre en place ses conseils. » Mais également de certains cadres du vestiaire « mes équipiers m’ont mis en confiance. Ils me guident afin que je me sente plus à l’aise sur le terrain. Par exemple Mathieu Bodmer qui a beaucoup d’expérience et cela me permet de me libérer ». Le jeune défenseur a donc su reprendre la balle au bond : « contre Valenciennes, je pensais que j’allais jouer plus longtemps car je savais qu’Emil avait été blessé dans la semaine et j’ai eu une chance que j’ai saisie ».

Une confiance qui s’installe

Si le jeune latéral tire finalement un bilan contrasté de sa dernière année : « la saison dernière, j’étais déjà stagiaire et c’est vrai que je n’ai pas souvent été appelé mais peut-être que je n’étais pas prêt », il n’en demeure pas moins ambitieux : « mais le fait d’avoir régulièrement joué avec la réserve m’a permis d’acquérir de la confiance ». 

La saison du grand saut ?

Mais alors peut-on s’attendre à voir Valentin Gendrey grappiller du temps de jeu en Ligue 1 cette saison ? Rien n’est moins sûr avec la toute récente arrivée de l’international français Christophe Jallet dans l’effectif professionnel de l’Amiens SC. Mais si le latéral droit apparaît aujourd’hui comme le troisième dans la hiérarchie (derrière Emil Krafth et la dernière recrue en date), tout l’avenir est devant lui. Alors…

Cédric QUIGNON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *