Amiens SC : Oualid El Hajjam, un itinéraire semé d’embûches

Après huit saisons passées à l’Amiens SC, Oualid El Hajjam vient d’être transféré à Troyes (Ligue 2). Et même s’il restera le premier latéral droit du club en Ligue 1, tout n’a pas toujours été simple pour lui en Picardie. Récit d’un itinéraire semé d’embûches.

Huit années faites de hauts et de bas

Arrivé en post-formation en 2011, Oualid El Hajjam a mis du temps avant de se faire une place à Amiens. Régulièrement remis en cause, le latéral droit navigue dans un premier temps entre l’équipe première et la réserve. Après une saison 2013/2014 plutôt réussie, le natif de Châteauroux voit même son temps de jeu diminuer à nouveau avec l’arrivée de Christophe Pélissier fin 2014. En concurrence avec Yassine Haddou l’année suivante, Oualid El Hajjam perd rapidement sa place à l’automne. S’ensuit alors une traversée du désert durant laquelle le club envisage même de le prêter à l’AC Amiens, alors en National 2.

Habitué à devoir se battre pour gagner sa place, Oualid El Hajjam ne perd pas espoir et profite de l’expulsion de Yassine Haddou à Boulogne, début février, pour regagner sa place. Avec lui, Amiens va alors enchaîner une série de douze matches sans défaite pour décrocher une improbable montée en Ligue 2. Dans la lignée de sa très bonne fin de saison en National, Oualid El Hajjam fait partie prenante d’une formation amiénoise qui déjoue tous les pronostics au sein de l’antichambre du football français, au point même de décrocher une deuxième montée successive.

En Ligue 1, Oualid El Hajjam doit alors faire face à la concurrence d’Issa Cissokho, crédité d’une centaine de matches à ce niveau de la compétition. Se partageant de manière quasi égale le temps de jeu, les deux hommes alternent dans le couloir droit de la défense picarde. Le néo-Troyen va même inscrire ce qui reste son unique but lors du match nul à Guingamp (1-1), à la fin octobre. La saison suivante, sa dernière à Amiens, sera bien plus difficile. Face à la solidité d’Emil Krafth, Oualid El Hajjam ne débute qu’à six reprises, dont une dernière titularisation difficile à Montpellier (1-1) début mai.

Après huit ans de bons et de loyaux services, le soldat El Hajjam a finalement obtenu son bon de sortie contre une indemnité de 35 000€. Un montant dérisoire au regard de tout ce que le Franco-marocain a apporté au club durant son passage. Reste qu’il était temps, pour les deux parties, de tourner la page. 

Romain PECHON

Un commentaire

Commenter
  1. Bon coéquipier, joueur qui mouille le maillot… Il nous manquera mais mérite mieux que le banc alors espérons qu’il prendra son pied à Troyes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *