Amiens SC : Les raisons de croire en une belle saison !

Nathan Monzango Amiens SC

Après une saison en Ligue 2 assez morose, l’Amiens SC aborde la cuvée 2021/2022 avec un regain d’enthousiasme, reboosté par l’arrivée de Philippe Hinschberger et une préparation estivale emballante sous certains aspects. De quoi envisager une belle saison et le retour du plaisir à la Licorne ? La rédaction du 11 Amiénois a en tout cas trouvé cinq raisons pour faire preuve d’optimisme. 

Hinschberger sait faire et il n’était pas loin l’an dernier

Successeur d’Oswald Tanchot sur le banc amiénois, Philippe Hinschberger jouait encore la montée avec Grenoble il y a deux mois de cela. Après une saison ponctuée au quatrième rang, le club isérois remportait son premier match de play-offs face au Paris FC, avant de céder face à Toulouse (3-0), quelques jours plus tard. Ayant le sentiment d’avoir tout donné pour le GF 38, Philippe Hinschberger a ainsi décidé de relever le défi amiénois. Entraîneur le plus expérimenté de Ligue 2, le natif d’Algrange connaît le chemin à suivre pour jouer les rôles et peut-être même retrouver la Ligue 1, comme il avait su le faire avec Metz lors de la saison 2015/2016.

Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Ce club a besoin de retrouver du sourire »

L’intersaison fut moins chaotique

Certes, l’effectif de l’Amiens SC est loin d’être finalisé au moment de lancer cette deuxième saison consécutive en Ligue 2. Un attaquant (Aliou Badji) est toujours attendu devant, la défense est toujours en chantier et la grave blessure de Nicholas Opoku n’a toujours pas été compensée. Néanmoins, le club picard s’avance avec bien plus de certitudes que la saison dernière. Tout d’abord, parce qu’une partie de son effectif n’a pas passé la préparation estivale en tribune cette saison. Ensuite, parce qu’une bonne moitié de l’équipe qui va débuter contre Auxerre est susceptible d’être celle qui va disputer l’intégralité de la saison (Gurtner, Alphonse, Lomotey, Gomis, Lachuer, Diakhaby, Akolo, Tolu). Une ossature, en somme.

Un potentiel offensif plus intéressant 

Deuxième moins bonne attaque de Ligue 2 la saison passée, l’Amiens SC avait finalement été dans la lignée d’une préparation estivale peu emballante avec seulement trois buts inscrits. Cette année, la donne est bien différente avec dix ballons qui ont fait trembler les filets adverses en l’espace de quatre rencontres. A lui seul, Adama Diakhaby a ainsi trompé les gardiens adverses à quatre reprises. Unique recrue offensive, Tolu a marqué la bagatelle de deux buts en trois apparitions. Quant à Chadrac Akolo, il n’a jamais semblé dans d’aussi bonnes dispositions, même si son avenir au club n’est pas encore totalement tranché.

Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Akolo et Diakhaby, les deux qui se détachent à mes yeux »

Une pression moindre

Entre le statut de relégué de Ligue 1, le poids médiatique entourant sa relégation contesté et le slogan « Une revanche à prendre », dont il a été difficile de se défaire au fil de la saison, l’Amiens SC n’était clairement pas dans un contexte optimal pour espérer atteindre un niveau de performance optimale. Cette saison, les regards seront bien moins tournés vers le club de Bernard Joannin, la descente est totalement digérée et les regards totalement tournés vers un nouvel objectif : redevenir ambitieux et se donner les moyens de remonter sans vouloir brûler les étapes. Le cocktail idoine pour retrouver de la sérénité, à condition seulement de travailler avec de la cohérence et de renvoyer les bons signaux d’ici la fin du mercato estival.

Un championnat assez ouvert

Si Dijon fait figure d’épouvantail, en raison de son recrutement très séduisant sur le papier, le club bourguignon sort d’une saison traumatisante en Ligue 1. Tout proche du but la saison dernière, Toulouse a décidé de changer beaucoup de choses, à commencer par son entraîneur, a perdu ou va perdre ses pépites (Koné et Adli) et n’a pas forcément beaucoup plus d’avance que l’Amiens SC au sujet de son recrutement. Derrière ce duo, des clubs font figure d’outsiders naturels, à commencer par le SM Caen de Stéphane Moulin, le Paris FC de Thierry Laurey, le Sochaux d’Omar Daf ou bien encore le Guingamp de Stéphane Dumont. Néanmoins, aucun ne s’avance avec les certitudes et la force de la dynamique à l’instar de Troyes et Clermont la saison dernière. De quoi laisser de la place et le droit de rêver à l’Amiens SC.

Amiens SC : Les pronostics de la rédaction, saison 2021/2022 [1/2]

La Rédaction

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments