Amiens SC : les cinq enseignements du match face à Thaon [CDF]

Amiens SC
Loic Baratoux/Icon Sport

Après une première période assez décevante, l’Amiens SC n’a pas su profiter de sa supériorité numérique pour faire plier une valeureuse équipe de Thaon-les-Vosges, qui a su faire la différence pendant les tirs au but (0-0, 4-2 tab).Découvrez notre débrief en cinq points de cette rencontre comptant pour les 32es de finale de la coupe de France et synonyme de fin de parcours pour le club picard.

L’Amiens SC s’arrête prématurément

Quart de finaliste l’an passé, l’Amiens SC n’a pas passé le stade des 32es de finale de coupe de France cette saison. Pourtant, l’adversaire (Thaon-les-Vosges, N3) était largement à sa portée et le fil de la rencontre lui était plutôt favorable, suite à l’expulsion de Wilfried Rother en tout début de seconde période. Mais encore plombé par le manque de réalisme de ses joueurs offensif, le club picard fut poussé vers une fatidique et fatale séance des tirs au but. A défaut de potentielle épopée en coupe de France, l’Amiens SC va donc pleinement se concentrer sur le championnat et la possibilité de se mêler à la lutte pour la montée. Et si le calendrier aura le mérite d’être allégé sur cette seconde partie de saison marathon, la formation entraînée par Philippe Hinschberger va aussi rester au repos forcé le week-end des 21 et 22 janvier. De quoi être sur un pied d’égalité avec les principaux prétendants aux premières places, à savoir Le Havre, Bordeaux, Sochaux, Metz ou encore Caen, tous éliminés de la doyenne des compétitions. 

Le classement de l’Amiens SC en Ligue 2

Youssouf Assogba continue de marquer des points

Confirmé dans l’axe de la défense après sa bonne sortie à Laval, Youssouf Assogba a livré un match plutôt solide, montant en puissance au fil des minutes. Encore plus tranchant au retour des vestiaires, il a terminé le match à son habituel poste de latéral droit après le passage au 4-4-2. Après avoir bouclé son couloir, il s’est porté vers l’avant et aurait même pu faire trembler les filets sur une tentative osée mais finalement intéressante de l’extérieur de la surface de réparation.

(Re)découvrez notre bulletin de notes après Thaon – Amiens SC

Philippe Hinschberger assume

N’allez surtout pas dire à Philippe Hinschberger qu’il a fait l’impasse sur ce 32e de finale de coupe de France. En dépit d’un turnover important, souhaité pour certains joueurs (Opoku, Kakuta, Cissé) et contraint pour d’autres (Mendy, Barry, Benet), l’entraîneur de l’Amiens SC estime que son équipe pouvait et devait se qualifier sur le terrain de Thaon-les-Vosges. « Je n’ai pas besoin de conseils des gens. Si certains veulent donner des conseils ou faire des choses, qu’ils postulent au poste d’entraîneur d’Amiens ou ailleurs. Je fais comme je veux, comme je l’entends. On est cinq (ndlr : le staff technique) à discuter chaque jour tous ensemble et on prend des décisions pour le bien du club. Si Bariki cadre sa frappe ou si Tolu met sa tête dans le but, personne ne pose la question de savoir si j’ai bien fait de faire des changements. Ce ne sont pas les rotations qui nous empêchent de gagner le match. Si on met un but, c’est fini.On était capable de gagner ce match et on doit le gagner, notamment sur la deuxième mi-temps. Point final. » Preuve aussi que cet effectif manque d’une profondeur de banc qualitative.

(Re)découvrez l’entretien complet de Philippe Hinschberger après Thaon – Amiens SC

Une septième élimination embarassante

Après Saumur (2004), Saint-Omer (2008), Pontarlier (2011), Chantilly (2013), Bressuire (2015) et Marck (2015), l’Amiens SC a été éliminé par un club hiérarchiquement inférieur d’au moins deux divisions pour la septième fois au 21ème siècle, comme l’a rapporté le compte Twitter Amiens SC Vintage. L’écart était cette fois de trois divisions avec Thaon-les-Vosges, pensionnaire de National 3 et tombeur de son deuxième club de Ligue 2, après Sochaux au tour précédent.

Comme un signe du destin

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, certains supporters de l’Amiens SC voulaient voir en cette élimination un potentiel signe du destin. Et pour cause, le club picard a pris l’habitude de sortir prématurément de la coupe de France lorsqu’il parvient à performer en championnat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *