Amiens SC : les cinq enseignements du match face à Bordeaux [J19]

Bordeaux Amiens SC
Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport

Contraint de courir après le score suite à un penalty concédé en fin de première période, l’Amiens SC a affiché de belles vertus mentales pour aller chercher l’égalisation dans les dernières secondes à Bordeaux (1-1), vendredi soir. Découvrez notre débrief en cinq points de cette rencontre comptant pour la dix-neuvième journée de Ligue 2 BKT.

L’Amiens SC reste dans la course

Si l’Amiens SC n’a gagné qu’un seul de ses huit derniers matches de championnat (4 défaites, 3 nuls, soit 6 points sur 24), le club picard termine la phase aller avec seulement quatre points de retard sur Bordeaux, l’actuel deuxième et donc virtuellement promu en Ligue 1. Avec 29 points au compteur, les Amiénois sont en deçà de l’objectif des 30 points fixés par Philippe Hinschberger ces dernières semaines. « Ce résultat à Bordeaux nous maintient dans le coup. On voit qu’il y a des équipes qui reviennent fort et on est au milieu de tout ça, constate Philippe Hinschberger. On avait deux gros cols à franchir, avec une première montagne qui était Bordeaux et une deuxième montagne qui sera Le Havre. Ils sont assez inarrêtables en ce moment et on fera tout ce qu’il faut pour les arrêter à la Licorne. Je ne sais pas si on arrivera à le faire en tout cas ce sera plutôt sympa. » A condition de ne pas continuer à perdre de précieux points en route.

Le classement de l’Amiens SC en Ligue 2

Antoine Leautey l’infatigable piston

Est-ce encore une surprise de considérer que l’ancien Niortais a encore été le moteur du collectif amiénois ? Pas avare en efforts, il a multiplié les appels et les courses dans son couloir, se retrouvant même parfois isolé face à la défense girondine, ses partenaires ne parvenaient pas à suivre son rythme. Défensivement, il s’est évertué à faire le repli défensif jusqu’à sa sortie, exténué, à cinq minutes du terme. Remplacé par Owen Gene (86′), qui a rejoué dans un rôle de piston.

(Re)découvrez notre bulletin de notes après Bordeaux – Amiens SC

Philippe Hinschberger peste contre le penalty

« Le résultat nul est logique. En tout cas, on méritait de revenir et on ne méritait pas d’être mené à la mi-temps. J’ai déjà poussé un coup de gueule sur l’arbitrage et je maintiens ce que j’ai dit. On prend un penalty litigieux sur une action qui n’en est pas une. J’ai eu plein de messages de plein de potes à la mi-temps, soit ils ne connaissent pas le football, soit ils sont trop chauvins. Quand je vois ce qu’on nous refuse, il faut regarder les images. C’est toujours le but du 1-0 en plus […] On revient à la fin mais on peut même revenir plus tôt. Quand je repense au centre de Doums (Fofana), on a deux attaquants et on doit avoir de la présence pour pousser le ballon au fond du but. On n’a pas subi beaucoup d’occasions de but de Bordeaux, qui s’est un peu arrêté de jouer et on en a profité sur la fin de match. Les changements ont été profitables, on marque notamment avec les hommes du banc, il faut le noter. C’est une très bonne chose. George Ilenikhena marque son premier but. On est simplement justement récompensé d’être revenu. »

(Re)découvrez l’entretien complet de Philippe Hinschberger après Bordeaux – Amiens SC

George Ilenikhena dans les livres des records

A 16 ans, 4 mois et 28 jours, George Ilenikhena devient le premier joueur né en 2006 à marquer un but parmi les cinq grands championnats (deuxième division incluse). Une précocité impressionnante  pour ce joueur présenté comme un diamant brut, qui a marqué les esprits face à Bordeaux en devenant aussi le plus jeune buteur de l’histoire de la Ligue 2. Le jeune attaquant de l’Amiens SC a effectivement fracassé le record jusqu’ici détenu par l’Ajaccien Tairyk Arconte (17 ans et 149 jours).

Les supporters de l’Amiens SC en colère

Il n’y a pas que Philippe Hinschberger qui a vivement contesté le penalty accordé à Bordeaux en fin de première période. Lassés par des décisions défavorables qui ne cessent de s’enchaîner, les supporters de l’Amiens SC sont également monté au créneau sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *