Amiens SC : Ilenikhena « n’est pas un produit fini » rappelle Buron

Ilenikhena Amiens SC
Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport

Au cœur d’un véritable tourbillon depuis son premier but chez les professionnels lors du match nul de l’Amiens SC à Bordeaux, George Ilenikhena a connu une ascension fulgurante en passant des U19 – où il était déjà surclassé – à l’équipe première en moins de six mois. Heureux de cette progression express, Antoine Buron ne doute pas du potentiel du jeune attaquant (16 ans) mais tient à le protéger en rappelant qu’il reste encore « perfectible ». Explications.

Antoine, en tant que formateur, on imagine que vous étiez heureux pour George Ilenikhena après son but à Bordeaux…

Forcément. J’étais avant tout heureux pour lui, c’est une belle récompense pour lui, comme c’est une belle récompense pour nous de voir un jeune joueur sortir du centre mettre un but en professionnel. Surtout, son but ramène un point d’un match important à Bordeaux. Son but a été utile à l’équipe et c’est ça le plus important. C’est un souvenir qui restera surement gravé à vie dans sa carrière. Maintenant, je n’ai pas manqué de lui glisser que le travail n’était pas fini, qu’il n’y a rien d’acté.

Justement, quel regard portez-vous sur la suite le concernant sous le maillot de l’Amiens SC?

Il veut jouer en Ligue 2 et c’est la suite logique à partir du moment où il franchit les étapes une par une. Il a démarré avec les U19 en étant encore U17, il a marqué, fait des bonnes performances. Je l’ai pris avec moi en N3, il a fait la même chose. C’est bien pour lui, c’est la suite logique mais il ne faut pas avoir trop d’attentes autour d’un jeune de seize ans. Il faut qu’il fasse son bonhomme de chemin tranquillement. Je suis content pour lui parce que c’est un jeune avec qui on a travaillé mais il reste perfectible, il a encore des choses à travailler, il ne faut pas penser que c’est un produit fini. Il est en devenir, il faut continuer à travailler mais on est forcément content pour lui.

C’est un garçon qui a la tête sur les épaules, qui est assez mature pour son jeune.

A-t-il son mot à dire dans l’effectif professionnel ?

Je le pense, oui, et il l’a prouvé avec ses deux entrées en jeu. J’ai entendu qu’il avait repris une phrase en disant qu’il n’y avait pas d’âge pour jouer au football et performer chez les professionnels. Contre Guingamp, même s’il n’a pas marqué, il a fait une entrée plutôt encourageante et à Bordeaux, il se procure deux occasions, en met une. Il a une carte à jouer mais c’est à lui de s’imposer aux caractéristiques de la Ligue 2 qui ne sont pas évidentes. Tenir vingt minutes et jouer un match entier, c’est une autre paire de manches. A lui de travailler pour qu’il puisse vivre sa carrière professionnelle du mieux possible et aussi aider l’équipe quand il sera aligné avec l’équipe première de l’Amiens SC.

Démarrer à seize ans, est-ce dangereux ?

Ca peut être dangereux s’il est mal entouré et mal accompagné. De notre côté, on essaye de le faire au mieux, de lui maintenir les pieds sur terre. Il est encore à l’école, il doit effectuer des stages en entreprise. On aménage son emploi du temps parce que ce n’est pas évident mais on tient à ce que ça suive sur le plan scolaire. De notre côté, on essaye de lui maintenir les pieds sur terre. Il a aussi des conseillers qui sont là pour l’entourer. Surtout, c’est un garçon qui a la tête sur les épaules, qui est assez mature pour son jeune âge.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *