Amiens SC : Hinschberger s’estime « largement floué » par l’arbitrage

Amiens SC Hinschberger
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

Si l’Amiens SC n’est pas parvenu à l’emporter lors de ses trois derniers matches à domicile, c’est en partie en raison de décisions arbitrales défavorables selon Philippe Hinschberger. Après avoir déjà effleuré le sujet en conférence de presse mardi après le frustrant match nul contre Guingamp, l’intéressé a remis le couvert avant d’aller défier Bordeaux. Explications

Hinschberger « n’aime pas se cacher derrière l’arbitrage mais… »

Deux jours plus tard, la pilule n’est toujours pas passé. Passablement agacé par l’arbitrage de Monsieur Perreau Niel et notamment l’absence de penalty sifflé en faveur de Gaël Kakuta – pourtant percuté par Dylan Louiserre au cœur de la surface de réparation guingampaise, Philippe Hinschberger a décide de remettre, seul, le sujet sur la table ce jeudi midi en conférence de presse. « Je n’aime pas me cacher derrière l’arbitrage, mais quand je vois le pénalty concédé par Formose Mendy pour une poussette à l’épaule contre Saint-Etienne et celui qui n’est pas sifflé pour Tolu contre QRM – qui aurait mérité un carton pour le gardien – ainsi que le pied haut de Louiserre sur Kakuta qui est quasiment dans la figure, est en retard et ne jamais ne touche le ballon… Que monsieur Perreau Niel ne siffle pas pénalty là-dessus… Sur ces trois matches à domicile, on a été largement floué par les décisions arbitrales. »

Et pour donner du poids à son argumentaire, l’entraîneur de l’Amiens SC a rappelé que l’absence de coup de sifflet sur ce genre de situation a grandement changé le scénario des rencontres : « Je ne veux pas me retrancher derrière ça mais ça donne le 1-0 à Saint-Etienne, ça aurait pu nous donner le 1-0 contre Quevilly et que dire de mardi ? Les arbitres sont là pour faire respecter les lois du jeu, et sur les deux actions contre Quevilly et mardi, je suis très remonté. Quand tu vois les images, ce n’est même pas discutable. On n’est pas une équipe chiante, on ne pleure pas, on ne discute pas, on est calme sur le banc… Je trouve ça bizarre mais c’est comme ça. Ca nous coûte cher sur nos trois derniers matches à domicile. Ce n’est pas pour ça qu’on aurait gagné mais... »

Et la sentence est d’autant plus difficile à accepter que Philippe Hinschberger dénonce aussi une forme de chambrage d’un des arbitres assistants lors de la réception de Guingamp. « Quand le juge-assistant se permet de me dire que mon équipe est mauvaise pas plus tard que mardi, je pense que chacun doit rester dans son domaine de compétences, assène-t-il. Ils ont le droit de dire ce qu’ils veulent et on ne peut rien dire. S’il y en a bien un qui peut signaler le pénalty, c’est bien lui. C’était mon coup de colère parce qu’en regardant les images, ça fait simplement mal. Actuellement, à domicile, les faits d’arbitrage ne sont pas en notre faveur, je ne sais pas pourquoi. Quand c’est une fois de temps en temps, pourquoi pas, quand ça fait trois matches de suite à domicile, ça fait beaucoup. Ce n’est pas discutable. »

Une sortie médiatique musclée qui devrait faire le bonheur de nombreux supporters de l’Amiens SC, qui n’ont de cesse de réclamer une telle intervention depuis plusieurs matches. Pour autant, pas sûr que cela ne change grand-chose à l’avenir et que cela influe réellement sur l’arbitrage de Madame Frappart, désignée pour le déplacement à Bordeaux, vendredi soir. 

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *