Amiens SC : Hinschberger pousse un coup de gueule avant Annecy

Hinschberger Amiens SC

Si l’Amiens SC manque cruellement d’efficacité dans le jeu depuis de trop longues semaines, Philippe Hinschberger a également pointé du doigt un autre aspect défaillant : les coups de pieds arrêtés. Estimant que son équipe n’adopte pas le bon comportement, manquant cruellement de déterminant et de roublardise, le coach amiénois en fait un autre axe d’amélioration majeur. 

L’Amiens SC stérile sur coups de pied arrêtés

Qui se souvient d’un but inscrit sur coup de pied arrêté par l’Amiens SC ? Pas grand monde assurément. Et pour cause, l’actuel neuvième de Ligue 1 se montre trop peu décisif sur phase arrêtée depuis le début de saison. Outre le penalty de Papiss Cissé à Niort, il faut ainsi remonter au 5 novembre pour voir un Amiénois marquer à l’issue d’un coup franc ou d’un corner. Et encore c’était dans un second temps, après une première tentative avortée de Josué Chibozo, à la retombée du dégagement défensif et finalement passeur décisif pour Hassane Bandé. Le vrai et unique but marqué sur un corner direct remonte donc au déplacement à Caen, le 10 septembre, avec un coup de tête de Formose Mendy à la réception d’un centre de Jessy Benet.

Un mal profond donc, déjà visible la saison dernière en dépit de la présence de joueurs de grand gabarit dans l’effectif, à l’instar de Formose Mendy (1,91m), Nicholas Opoku (1,90m), Mamadou Fofana (1,86m), sans oublier Tolu Arokodare (1,97), présent sur les vingt premiers matches de championnat avant son départ pour Genk. De quoi amener Philippe Hinschberger et son staff à engager « une vraie réflexion sur les coups de pied arrêtés« . « On est en déficit dans ce domaine qui est quand même un domaine important, parce qu’il peut lancer un match, te permettre d’ouvrir le score même quand tu es en difficulté. C’est une des pistes d’amélioration et il faut l’activer parce que c’est loin d’être une piste fantaisiste. »

Reste alors à identifier le ou les problèmes à l’origine de cette contre-performance. « On ne frappe pas très bien les coups de pied arrêtés puis on ne manifeste pas un état d’esprit nécessaire pour marquer sur coup de pied arrêté, égraine Philippe Hinschberger. On est vraiment déficitaire sur ce dernier aspect, alors que les coups de pied arrêtés c’est avant tout un jeu avec ton adversaire que tu veux baiser (sic). Que ce soit par la qualité de ton frappeur ou parce que tu parviens à l’embrouiller avec des blocs, des combines, un corner joué à deux ou à trois, tu dois avoir l’envie de le mettre en difficultéJe vois les buts que les autres mettent ! Nous, on n’a jamais un mec pour le pousser du genou ! »

« Exhortant » ses joueurs à se montrer plus déterminé sur coup de pied arrêté, Philippe Hinschberger sait que les montées se jouent aussi sur ce genre de détails qui n’en sont plus vraiment sur la durée d’une saison. Pour preuve, le leader havrais fait partie des équipes qui ont le plus trouvé le chemin des filets sur phases arrêtés, et pas uniquement à l’aller et au retour face aux Picards. Espérons que cela finisse par donner des idées aux Amiénois, dont le compteur est désespérément bloqué à un but inscrit sur coup de pied arrêté cette saison en Ligue 2.

Romain PECHON

2 Commentaires

Commenter
  1. Pour les coups de pieds arrêtés, laissez toujours un joueur au second poteau, vous vous situez souvent entre le premier poteau et le milieu du but, ce qui est logique mais il manque toujours un roublard au second poteau, au cas où, le ballon est trop haut, s’il y a une déviation, un cafouillage, il en faut toujours un.
    Le coach a raison, dans des matchs serrés, c’est un élément qui fait basculer un match dans le bon sens et qui peut mettre un coup de bambou sur la tête de l’adversaire qui le concède.
    Allez Amiens !!!

  2. Pensez aussi à toujours laisser un joueur au second poteau parce que souvent, vous vous amassez au premier et dans l’axe du but sur les coups de pied arrêtés mais il faut toujours un roublard au second, si le ballon est trop haut, s’il y a une déviation, un cafouillage.
    Au cas où, il sera aussi le ralentisseur pour la remontée du ballon si l’équipe adverse cherche à se relancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *