Amiens SC : Arnaud Lusamba et le syndrome Alexis Blin

Lusamba Amiens SC

Promu capitaine durant l’intersaison, Arnaud Lusamba a perdu de son rayonnement dans le collectif de l’Amiens SC. Simple hasard ou lien de cause à effet ? Il y a un an de cela, la question se posait également pour Alexis Blin, un joueur à la trajectoire similaire qui avait également hérité de la responsabilité du brassard. De manière générale, c’est tout simplement la charge du capitanat qui pose question depuis un peu plus de trois ans. Rétrospective.

Un brassard mouvant depuis trois ans 

Peut-on parler de malédiction autour du brassard de capitaine à l’Amiens SC ? En janvier 2018, après une saison et demie de bons et de loyaux services, Thomas Monconduit décidait de le délaisser pour se reconcentrer sur son jeu. « C’est fatigant mine de rien. On a discuté avec l’entraîneur et on a fait la conclusion qu’il fallait que je me recentre sur moi. J’avais besoin de me retrouver, de faire des meilleures performances. On a donc décidé pendant un moment de me libérer de ce poids, confiait l’actuel milieu de terrain de Lorient. L’an dernier, on a vécu une saison fantastique mais longue. Après les six premiers mois en Ligue 1, j’avais besoin de me libérer. Cela ne change pas mon rôle de cadre au sein du vestiaire mais cela permet à d’autres joueurs de prendre la parole. »

A commencer par Prince Gouano, promu capitaine suite à la mise en retrait de Thomas Monconduit « C’est une nouvelle que j’ai prise avec beaucoup de plaisir. C’est une grâce car cela n’est pas donné à tout le monde, s’enthousiasmait alors l’ancien défenseur central de l’ASC. C’est une vraie marque de confiance du coach et de l’équipe à mon égard. C’est vraiment flatteur, je ferai tout pour honorer cette responsabilité qui m’a été donnée. » Irréprochable durant la première saison du club en Ligue 1, Prince Gouano perdait progressivement le fil après son départ avorté pour Anderlecht à l’été 2018. Ciblé par le kop Tribune Nord par le biais d’une banderole intitulée « Gouano, ton attitude n’a rien d’un Prince », le défenseur retrouvait finalement sa place et son brassard à l’issue du mercato estival. Un rôle qu’il conservait jusqu’en août 2019, date de son ultime match sous la tunique picarde et en carrière.

Prince Gouano étant écarté des terrains pour raisons médicales, Régis Gurtner assure ainsi l’intérim durant la majeure partie de la saison 2019/2020. Irréprochable, l’emblématique gardien de but de l’Amiens SC tiendra bon au cours d’une saison difficile sur le plan sportif, avec seulement quatre victoires à la clé et une relégation administrative en raison de l’interruption définitive pour cause de crise sanitaire. En dépit d’une prolongation de contrat hautement symbolique, le natif de Saverne demande à son tour d’être déchargé du brassard. Alors empêtré dans une intersaison pleine d’incertitudes au sujet de l’avenir de son effectif, Luka Elsner décide de miser sur Alexis Blin, l’un des rares à faire preuve d’une attitude professionnelle en acceptant de jouer le jeu durant la préparation estivale

Gouano Gurtner Amiens SC
Anthony BIBARD/FEP Panoramic/Imago

Blin-Lusamba, un mimétisme certain

A 24 ans, comme Prince Gouano avant lui et comme Arnaud Lusamba après lui, Alexis Blin se retrouve donc bombardé capitaine d’une équipe qui n’en est pas vraiment une et qui vient de subir une relégation difficile à digérer pour l’ensemble du club. « Ça a été une demande du groupe de capitaines qui est venu me voir, assurait Luka Elsner, encore entraîneur du club lors de ce changement. On en a parlé pour avoir un capitaine au cœur du jeu, qui puisse parler avec l’arbitre, gérer les évènements intérieurs. » « Ce n’est pas que c’est anecdotique mais il faut passer outre le fait d’avoir le brassard.  C’est un nouveau rôle que j’apprendsAujourd’hui, je me contente d’accompagner les plus jeunes, des joueurs avec beaucoup de potentiel, précisait le milieu de terrain transféré en Italie durant le dernier mercato estival. Comme j’ai été aidé à leur âge, je tente de leur apporter mon expérience aujourd’hui. »

Un discours qui fait écho à celui tenu aujourd’hui par Arnaud Lusamba, propulsé capitaine durant la préparation estivale : « Le groupe est très jeune et il y a eu pas mal de changements, d’abord dans le staff. J’ai beaucoup échangé avec le coach, il m’a mis dans de bonnes dispositions, on a bien travaillé cet été. Le coach m’a tout de suite fait confiance, m’a beaucoup parlé, m’a dit que je pouvais et devais prendre mes responsabilités avec ce groupe. C’est vraiment un honneur pour moi de porter ce brassard. » Un honneur qui peut aussi s’apparenter à un poids quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, comme c’est le cas sur ce début de saison. « C’est vrai qu’on a un peu tendance à se disperser, reconnaît l’intéressé. J’ai tendance à beaucoup parler avec les arbitres, il faut savoir rester concentré sur soi-même. » Plus nerveux et moins performant, Arnaud Lusamba vit le même début de saison qu’Alexis Blin l’an dernier. De là à y voir une malédiction avec le brassard ou dans le choix des capitaines à l’Amiens SC…

Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article