Amiens SC : Arnaud Lusamba doit « simplifier son jeu »

Lusamba Amiens SC

Leader de vestiaire, au point de récupérer le brassard de capitaine sous les ordres de Philippe Hinschberger, Arnaud Lusamba doit désormais se montrer comme un véritable leader technique comme il a pu le faire la saison dernière. Explications.

Une influence qui doit s’étendre sur le terrain

En l’espace de deux matches, Arnaiud Lusamba a montré deux facettes bien différentes. Excellent contre Valenciennes, il avait alors assumé son rôle de leader technique d’un Amiens SC conquérant et enfin victorieux à domicile. « J’attends de lui qu’il fasse ce qu’il a fait contre Valenciennes, à savoir être présent dans les trente derniers mètres, être à la réception des centres, marquer, prendre ses responsabilités, notamment sur les phases arrêtées et nous mettre l’équipe dans le bon sens dans certaines circonstances, avoue Philippe Hinschberger. J’ai envie que l’adversaire se dise qu’Arnaud est un joueur clé qu’il faut surveiller et réduire l’influence. »

Néanmoins, le meneur de jeu samarien a déçu sur la pelouse de Bastia une semaine plus tard, la faute à un jeu un peu trop brouillon. « Il faut qu’il arrive à simplifier un peu son jeu, il a tendance à en rajouter un peu ce qui débouche sur des pertes de balle, acquiesce l’entraîneur amiénois. Après il peut aussi faire des choses surprenantes avec le ballon et c’est comme ça que je veux le voir. » « C’est logique et légitime de sa part. Quand ça va moins bien, on attend un peu plus des joueurs cadres, répond Lusamba. On en a déjà parlé avec le coach, c’est normal. Toutes les critiques sont bonnes à prendre et celles du coach ne peuvent que nous permettent d’avancer. »

Porteur du brassard de capitaine depuis cet été, l’ancien niçois doit se muer en leader technique au-delà d’être un leader de vestiaire. « J’attends qu’il soit un leader technique, on a déjà beaucoup discuté ensemble. De par son expérience et ce qu’il a fait l’année dernière, Arnaud (Lusamba) a un rôle important, confesse Hinschberger. Sinon, il n’y a pas d’histoire particulière par rapport au brassard. Le 24 juillet, quand on est rentré, il n’y avait pas d’autre capitaine qu’Arnaud Lusamba. Le débat est lancé mais on ne change pas trois fois, pour se faire plaisir, de capitaine. C’est débile. » Le message a le mérite d’être clair !

Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.