Alexis Blin (Amiens SC) : « On pourrait avoir quatre-cinq points de plus »

Joueur de champ le plus utilisé après Haitam Aleesami, Alexis Blin est l’un des grands artisans du bon début de l’Amiens SC. Et même s’il se satisfait de celui-ci, aussi bien sur le plan comptable qu’au niveau du jeu pratiqué, le milieu de terrain est persuadé que son équipe a les moyens de faire encore mieux. Entretien.

Alexis Blin, à froid, ce match nul à Nîmes, c’est plutôt un bon point de pris ou deux points de perdus ? 

Un peu des deux ! L’analyse est toujours la même quand on égalise dans le temps additionnel, c’est toujours une satisfaction en soi. Après, il y avait moyen de mieux faire au regard de notre prestation. Aller à Nîmes et en revenir avec des regrets, cela veut dire qu’on est dans le vrai. C’est plutôt positif pour la suite.

Le tout après une première mi-temps jugée trop pépère par votre entraîneur…

Je pense qu’on a répondu présent dans le défi physique. On prend juste un but sur un coup de pied arrêté. Hormis ça, donnez-moi une seule occasion de Nîmes en première mi-temps… Cela prouve qu’on a bien défendu, à l’exception de ce coup de pied arrêté où on prend le but. Surtout, on se procure la meilleure situation avec Serhou (Guirassy) et il y a deux-trois contres qu’on n’a pas très bien exploités. A la mi-temps, on savait qu’on avait les moyens pour revenir et je pense qu’on a été justement récompensés.

On est dans les temps de passage, on produit du jeu et on est une équipe solide

En deuxième mi-temps, il y a beaucoup d’occasions, les deux penaltys non accordés… Mentalement, c’était important de ne pas repartir bredouille…

C’était vraiment à sens unique ! On a surtout montré qu’on avait une force de caractère, en ne lâchant pas jusqu’au dernier instant. L’an dernier, on aurait peut-être perdu le match, sans se battre, sans relever la tête. En finalité, c’est vraiment un bon point de pris, ça permet de faire tourner le compteur. On est dans les temps de passage, on produit du jeu et on est une équipe solide. Maintenant, on n’est pas à l’abri d’erreurs, cela fait partie du football. Si on en gomme le maximum et qu’on garde le même impact offensif, on va faire de belles choses.

C’est votre troisième match de suite sans défaite à l’extérieur, après une longue traversée du désert loin de vos bases. Vous sentez-vous plus forts aujourd’hui ?

C’est l’autre point positif à retenir de ce déplacement, notre troisième de rang sans défaite. Ce n’est pas anecdotique parce qu’on réalise cela contre des concurrents directs au maintien (ndlr : Metz, Angers et Nîmes). On va avoir un quatrième déplacement à Saint-Etienne, qui est sur une bonne dynamique, on va essayer de poursuivre cette dynamique. Quant à savoir si on se sent plus fort, il y a peut-être eu un déclic mental dans l’équipe en cours de saison. Aujourd’hui, on parvient à jouer les matches à l’extérieur comme si on les jouait à domicile. Maintenant, tout ça reste très friable. Il faut réussir à maintenir la même exigence, la même intensité, pour pouvoir enchaîner sur le long terme.

Après dix journées, le club est à la treizième place avec douze points. Quel bilan tirez-vous de ce début de saison ?

Même si ça se joue sur des détails, qu’on aurait pu basculer encore mieux, c’est plutôt positif. On avait mal démarré d’un point de vue comptable mais on faisait de bonnes choses au mois d’août. A Nice, on passe à rien de prendre un point à dix contre onze. A Toulouse, on fait une grosse première mi-temps avant de s’écrouler par la suite. On sentait déjà qu’il y avait quelque chose dans cette équipe. Je pense aussi qu’on a mal négocié des matchs à domicile comme Nantes ou Bordeaux, où on se doit de faire mieux. Je pense qu’on pourrait avoir quatre-cinq points de plus et regarder encore plus haut. Pour autant, on est dans les temps de passage du maintien et surtout je trouve qu’on pratique un jeu qui nous permettra d’être récompensés sur la longueur du championnat. On vient quand même de battre Marseille (3-1) et la Ligue 1 est très homogène cette saison. A l’exception du PSG qui est au-dessus du lot, on voit que tout le monde est prenable. Lyon est dans le dur, on a réussi à battre Marseille et Lille de notre côté. Finalement, il y a peu d’écart au classement, chaque match est difficile et chaque point coûte très cher. C’est pourquoi il ne faut pas se voir plus beau qu’on ne l’est et continuer avec nos principes et notre identité.

Voir les prétendues locomotives en difficulté est-ce le signe d’un nivellement vers le bas de notre championnat ? 

Je ne sais pas trop. Ce qui est sûr, c’est qu’une équipe comme Lyon ne doit pas se retrouver à une telle place (ndlr : 17e). Après, cela veut sûrement dire que les équipes du bas de tableau progressent, qu’elles sont meilleures que les saisons précédentes. Dans le même temps, il faut être lucide en reconnaissant que les équipes du haut de tableau ne réalisent pas le début de saison attendu. Si Lyon était à 150% à chaque match, ils seraient très aisément dans le top 3 du championnat, sans manquer de respect aux autres équipes. De notre côté, on avance sans se soucier de ça, en respectant chacun de nos adversaires mais en ayant également pris conscience de nos qualités.

Mentalement, tenir tête à Lyon et vaincre Lille et Marseille ça change quelque chose au sein du groupe, ça insuffle une confiance supplémentaire ? 

On ne va pas nier que ce genre de performance permet d’engranger beaucoup de confiance, ça marque les esprits. En plus, c’était avant une trêve internationale, ça nous permet de vivre celle-ci un peu plus tranquillement. Derrière ça, on revient déterminé, avec l’envie de capitaliser et c’est ce qu’on a plutôt bien fait à Nîmes. On peut aussi livrer ce genre de match à Nîmes grâce à la confiance emmagasinée dans des matches contre Lyon, où on fait une grosse deuxième mi-temps, ou bien après Marseille. Cependant, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin, il reste beaucoup de matchs. Ce sera compliqué mais on sait ce sur quoi s’appuyer pour s’en sortir. On se sait capables de faire de belles choses.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Luka Elsner : (Amiens SC) : « On a réussi à installer un style de jeu »

Amiens SC : Une défense encore perfectible

4 Commentaires

Commenter
  1. Cela est vrai qu’il nous manque au moins 3 points au vu des matchs réalisés analyse presque juste il faut continuer et surtout faire un peu moins d’erreurs défensivement
    Aller l’ASC

  2. C’est plutôt une bonne analyse… Il y a encore du travail à faire et le retour des absences va , je pense , faire beaucoup de bien a l’équipe.
    ALLEZ AMIENS..ne lâchez rien surtout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *