Alexandre Matos (Salouël) : « Le championnat est notre objectif premier »

Amateur Coupe de France RC Salouël

Au milieu de sa folle aventure qui verra le RC Salouël disputer le huitième tour de la Coupe de France, dimanche prochain, sur la pelouse de La Licorne contre Wasquehal, le pensionnaire de Départemental 2 se rend à Lignières-Châtelain ce dimanche avec un objectif en tête : la victoire pour continuer à viser la montée à l’échelon supérieur.

Comment rester concentré sur le championnat au milieu de cette aventure incroyable ?

On l’a vu contre l’Olympique Amiénois en match en retard… On avait beau dire avant le match qu’on ne pensait pas à la coupe, c’est impossible ! Le mardi, il y avait les journalistes, on se fait interviewer toute la semaine, il y a toujours quelqu’un pour nous rappeler ces matches que ce soit dans la famille ou autre. C’est vrai que c’est dur pour le championnat. Je pense que personne ne le dira, mais quand on joue en championnat, la peur de se blesser est là quand on joue le dimanche en coupe parce qu’on sait que tout le monde a envie de jouer ces matches. Il va falloir quand même se mettre dans le championnat parce que c’est notre objectif premier de faire monter nos deux équipes.

La bataille est rude en haut du classement…

On savait que ce ne serait pas simple avec l’Olympique Amiénois et Poix qui étaient déjà en haut l’année dernière. On a un peu moins de réussite en ce début de saison mais on est engagés en coupe depuis le mois d’août, on joue plus et ça doit peut-être jouer aussi.

Comment gère-t-on la médiatisation quand on évolue en Départemental 2 ?

Ca fait bizarre, mais ça fait deux ou trois tours que l’on voit du monde, que l’on a nos interviews. On sait très bien que ça se calmera quand la Coupe de France sera finie et il faudra redescendre du nuage pour jouer à fond le championnat. On se prend au jeu de tout ça, c’est marrant, les gens nous appellent pour dire où ils nous ont vu. On y prend goût mais ça finira par s’arrêter à un moment. On n’est pas habitué mais ça fait plaisir, c’est bien de se voir à la télé, s’entendre à la radio. Tout le monde a des interviews et ça fait plaisir. Il faut en profiter parce qu’on n’aura peut-être plus jamais ça, enfin pour ma part avec mes 36 ans.

Salouël est une équipe de District mais beaucoup de joueurs ont connu le niveau régional…

Quasiment toute l’équipe, oui. Après, on est tous à ce niveau-là parce qu’on s’entend bien, on est une bonne bande de potes. On kiffe être ensemble, même à l’entraînement et c’est encore mieux dans des moments comme ceux-là.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *