Ailly-sur-Somme : Pierre-Alain Lavillette reprend du service !

Ailly
Adrien Rocher / Le 11 HDF

Six mois après son départ, Pierre-Alain Lavillette est redevenu le coach d’Ailly-sur-Somme ces derniers jours. Alors que Jean-Charles Suiveng est parti « pour raisons personnelles » et d’un « commun accord » avec la présidence, son prédécesseur a donc accepté de prendre la relève au pied levé. Entretien. 

Pierre-Alain, vous venez de reprendre du service avec Ailly-sur-Somme. Expliquez-nous…

Je suis effectivement de retour depuis quelques jours, juste avant le match à Chevrières. L’équipe était dans la difficulté, il fallait quelqu’un et il n’y avait personne capable de prendre le relais dans l’urgence. J’ai donc accepté de reprendre mes fonctions pour les aider. Je connais bien ce groupe et il mérite qu’on se mobilise pour lui. C’est un groupe qui a fait tellement d’efforts et qui se comporte tellement bien depuis deux ans et demi. Ils ne méritent pas qu’on les laisse à l’abandon. C’est pour cette raison que j’ai accepté de reprendre du service.

Vous avait parlé d’équipe en difficulté. Il y avait déjà un peu urgence pour Ailly-sur-Somme ?

La récente série de résultats était compliquée, même si je mets de côté le match contre les Portugais, qui est une équipe qui ne joue pas dans la même cour que nous. Par contre, la défaite à Saint-Nicolas a laissé un goût amer tant ce match était à la portée de l’équipe. Surtout, il fallait retrouver les attitudes construites pendant deux années. On a déjà retrouvé une bonne partie de ces attitudes à Chevrières, sans que j’y sois pour grand-chose avec seulement trois entraînements dirigés.

Vous allez affronter Saint-Just pour le tout dernier match avant une longue trêve hivernale d’un mois et demi. Comment l’abordez-vous ? 

C’est un match qui s’annonce important au sujet des attitudes qu’on va montrer sur le terrain. On va jouer contre une très belle équipe et on sait très bien que ce n’est pas contre ce genre d’équipe qu’on va jouer notre maintien. Mais si on arrive à prendre quelque chose chez eux, comme on a su le faire à Chevrières, on le fera sans problème. On sait aussi qu’on a encore des ajustements à faire pour être plus efficace et ça va nous demander un peu de temps.

A Chevrières, les attitudes ont été présentes et il faut que ce soit le cas tous les dimanches.

Si vous êtes revenu, c’est que vous ne doutez pas de la capacité de cette équipe à pouvoir se maintenir en Régional 2…

Totalement ! J’ai une totale confiance en cette équipe quant à sa capacité à se maintenir. Si on remet les mêmes ingrédients qu’à Chevrières et au cours de la saison dernière, on est difficile à manœuvrer, à bouger. On peut aussi s’appuyer sur une qualité de percussion offensive qui peut nous permettre de faire des différences. Maintenant, on sait que les compétences mentales sont longues à construire, il a quand même fallu quasiment un an et demi pour que chaque individu prenne conscience de ses capacités et de celles de l’équipe. On sait aussi que tout ça peut s’étioler très rapidement avec de mauvais résultats. On peut rapidement sombrer dans une spirale négative à partir de là. Il faut donc construire de notre belle prestation à Chevrières et du bon résultat obtenu. Tout en sachant qu’on a toujours ce péché mignon qu’est le manque d’efficacité offensive. En tout cas, les attitudes ont été présentes et il faut que ce soit le cas tous les dimanches.

C’est indispensable pour qu’Ailly puisse exister dans ce championnat…

Si on n’a pas ça, on n’a rien ! On le voit même dans la grande compétition internationale du moment, les équipes qui sont encore en course sont celles qui ont du mental. La différence se fait par le jeu mais on ne peut rien faire sans investissement mental dans les rencontres. On sait donc ce qui nous reste à faire pour obtenir des résultats.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

ST JUST (5e) – AILLY-SUR-SOMME (9e)

9ème journée de Régional 2

Dimanche 11 décembre, 14h30

Stade Municipal, Saint Just

Arbitre : M. Brongniart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *