Adrien Thomasson (RC Lens) : « Apporter ma pierre à l’édifice »

RC Lens Adrien Thomasson
Franco Arland / Icon Sport

Auteur de sa toute première apparition sous la tunique lensoise lors de la courte et précieuse victoire contre Auxerre (1-0), Adrien Thomasson entend s’intégrer le plus vite possible pour aider le RC Lens dans sa course à l’Europe. Entretien. 

Adrien, qu’est-ce que vous a inspiré la découverte de Bollaert ?

J’étais très content. J’étais impatient de découvrir Bollaert avec du public parce que jusqu’à présent je n’avais jamais eu l’occasion de jouer ici avec le stade plein. C’était une belle expérience avec en plus la victoire au bout. On continue la série à domicile et c’est le plus important.

Est-ce impressionnant un tel public ?

C’est toujours impressionnant, oui. J’ai eu la chance de sortir un peu plus tôt à la mi-temps pour écouter Les Corons. Je suis toujours agréablement surpris quand je viens ici, surtout que c’était ma première avec du public. Maintenant, j’ai déjà hâte d’être au prochain match.

Comment avez-vous vécu vos premiers jours avec le groupe du RC Lens ?

Ca se passe bien, les gars m’ont bien intégré. C’est vraiment un groupe agréable à vivre. Je sais qu’on le dit souvent, pour lire pas mal les journaux, je l’ai souvent lu, mais pour l’avoir vécu depuis deux ou trois joueurs, c’est vraiment la réalité. J’ai eu droit à mon bizutage, ça s’est bien passé et je suis tranquille avec ça. Je remercie tous mes coéquipiers, le staff parce que j’ai l’impression d’être là depuis quelques semaines.

Est-ce un soulagement de découvrir un groupe qui marche mieux qu’à Strasbourg en termes de résultats ?

Je ne dirais pas que c’est un soulagement, non. Malheureusement, avec Strasbourg, on était dans une situation compliquée au classement avec un faible total de points mais dès que j’ai eu mes premiers échanges avec les dirigeants et le coach de Lens, je n’ai pas mis longtemps à acter mon choix. Quand on arrive et que l’on voit le classement, qu’il y avait quarante-et-un points avant le match d’Auxerre, on ne réalise pas trop, ça fait bizarre. J’espère apporter ma pierre à l’édifice parce que c’est un groupe qui fonctionne bien. Ils n’ont eu qu’une défaite sur la première partie de saison, c’est exceptionnel. J’espère bien m’intégrer et apporter quelque chose à l’équipe.

Cela va être difficile de se faire une place de titulaire dans cette équipe…

Bien sûr que ça va être compliqué, ce sera un sacré challenge pour moi parce que je sors de mon confort de Strasbourg mais je suis toujours parti du principe que c’était plus simple d’arriver dans une équipe qui fonctionne que l’inverse. Il y a de la concurrence, des bons joueurs mais la priorité reste le collectif. J’ai toujours fonctionné comme ça. Je sais que j’aurai du temps de jeu à un moment donné, à moi d’être bon sur le terrain et on verra.

Est-ce quelque chose vous a surpris au RC Lens ?

En dehors du terrain, on est toujours surpris par la bonne ambiance. Je m’y attendais mais j’ai été vraiment surpris par la bonne ambiance entre les gars. Sur le terrain, le niveau d’intensité aux entraînements, même si c’étaient des séances légères, ça m’a marqué. Ca ne fait que trois jours que je suis là donc c’est difficile de faire un vrai bilan.

Qui avez-vous supporté mercredi soir ?

Le Racing (rires) ! J’ai supporté Lens. Même si je n’avais pas encore signé, j’étais sur la route pour rejoindre la ville, c’était quasiment acté, il ne restait que la visite médicale. C’était particulier parce que le matin, j’étais encore à Strasbourg avec mes anciens coéquipiers. Pendant le match, j’étais avec mes coéquipiers actuels.

Avez-vous l’impression de franchir un cap ?

Bien sûr, oui, c’est ce qui a fait la différence dans mon choix final. Je rejoins une équipe qui joue le haut de tableau, ambitionne de finir le plus haut possible en fin de saison. Sportivement, c’était le bon choix pour moi, à vingt-neuf ans, de venir dans une équipe très compétitive.

On imagine que savoir que le coach vous suivait depuis presque dix ans et que le club avait mis votre nom sur ses listes depuis la remontée a également joué…

C’est bien résumé, oui. Ca a été important de m’entretenir avec le coach. Je ne savais pas qu’il me suivait depuis aussi longtemps et c’est toujours plaisant d’entendre ça de la part d’un très bon coach. D’un autre côté, c’est également rassurant parce que j’ai senti que c’était la volonté de tout un club de me faire venir. Je pense que c’est super important pour un joueur.

Quitter Strasbourg dans ces conditions a dû être difficile…

Je ne vais pas mentir, c’était très difficile, c’était un peu un crève-coeur de partir du club, de la ville, mais ce qui a primé, c’est ma carrière sportive. Je vais suivre leurs matches avec un regard particulier et j’espère de tout coeur qu’ils vont se maintenir. La place du club est en Ligue 1. Je leur souhaite de se maintenir. Strasbourg aura toujours une place dans mon coeur.

Comment se passe l’assimilation des principes de jeu du RC Lens ?

C’est nouveau pour moi, mais je regarde beaucoup les matches et c’est quelque chose que je savais déjà avant de venir. Maintenant, il va falloir que je crée des connexions avec mes coéquipiers, qu’ils me découvrent sur le terrain et c’est pour ça que le coach a pris le temps de m’expliquer les grands principes de jeu. Je sais très bien qu’il va falloir quelques semaines et quelques matches pour connaître à 100% tout ce qu’il me demande, les déplacements de mes coéquipiers mais je pense que ça va bien se passer, je suis confiant. Je suis tellement un amoureux du football que j’analyse beaucoup et j’essaye de m’adapter à ce qu’il se passe.

Vous allez avoir un rôle différent de celui que vous aviez à Strasbourg…

C’est totalement différent mais je le savais avant de venir. C’est quelque chose qui me plaît bien. Ca ne sera pas complètement nouveau non plus, mais à moi de m’adapter du mieux possible et continuer la belle série avec le club.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *