Adil Lebrun (AC Amiens) : « Rien de mieux pour se relancer que de revenir aux sources »

Trois ans après son départ pour Châteauroux, alors pensionnaire du National, Adil Lebrun effectue son retour à l’AC Amiens avec la double ambition de se relancer en aidant le club à sortir de la zone rouge en National 3. Entretien.

Adil Lebrun, pourquoi revenir à l’AC Amiens ?

Déjà parce qu’Amiens, c’est ma ville. Ensuite, à l’hiver dernier, je devais partir à l’étranger mais ça ne s’est pas fait et je suis resté sur Amiens depuis que j’ai quitté Dunkerque. Le coach m’a appelé parce qu’il a su que j’étais sur Amiens depuis un moment et que je ne faisais rien.

Vous n’avez pas hésité, malgré la situation du club ?

Non, pas du tout. C’est un club qui remontera parce que ça cherche toujours le beau football et il y a de la qualité. Je ne m’en fais pas pour le club. En début de saison, j’étais en contact avec des clubs, mais mon contrat posait problème. Azouz (Hamdane) m’a appelé fin septembre, et je me suis pourquoi pas, autant retrouver du rythme et du plaisir parce que c’est toujours mieux de jouer que d’attendre.

Votre aventure avec Dunkerque s’était mal terminée ?

Plus ou moins. J’ai résilié là-bas parce que je voulais vraiment partir à l’étranger, j’avais des pistes au Vietnam, mais ça s’est finalement pas fait.

Comment avez-vous vécu cette période alors que vous sortiez d’un club de National ?

Je l’ai vécue normalement, et je suis rentré chez moi. C’est le football, c’est comme ça, il faut prendre des risques, même si ça ne marche pas. Je n’ai pas vécu ça comme un échec.

Il y a trois ans vous aviez quitté l’ACA pour Châteauroux. Comment se sont passées ces trois années ?

Après une saison à Châteauroux, je suis resté six mois sans club avant de partir en D1 marocaine. Grâce à ça, je suis parti à Dunkerque. Et une fois l’aventure avec Dunkerque terminée, je suis encore resté quelques mois sans club.

Est-ce que vous revenez à la maison pour vous relancer et peut-être repartir, comme l’espère Pierre Slidja ?

Bien sûr parce qu’il n’y a rien de mieux pour se relancer que de revenir aux sources. On se connaît tous, on est de la même ville, il y a une belle philosophie de jeu et tout est réuni pour que l’on prenne du plaisir. Le reste viendra.

Sans tomber dans les clichés, avec les différents retours, l’AC Amiens redevient une équipe de quartier… On retrouve l’ADN qui a fait le succès de l’ACA dans le passé…

C’est ça ! Il y a de la qualité à Amiens, et ça me fait plaisir quand je vois ça. Il y a de bons joueurs, et si on fait une équipe 100% amiénoise, je suis sûr que l’on peut faire une très belle équipe. En termes de points et matches gagnés, je sais qu’on va se relever. Au niveau des arbitres, je ne sais pas. J’ai lu qu’ils ont pris quatre rouges en un match à cause d’un arbitre un peu sévère. Si on a d’autres arbitres, ça devrait aller.

Que pouvez-vous apporter au secteur offensif de l’ACA ?

Je pense pouvoir apporter un peu d’expérience avec celle que j’ai prise au fil des années, mais aussi un peu de folie offensivement parce que je ne réfléchis pas quand je suis sur le terrain. Ça me vient comme ça. Je ne me dis pas que je vais aller à tel endroit. C’est à l’instinct. S’il est bon, je pense pouvoir leur apporter un peu.

Vous vous sentez prêts à jouer dès dimanche à Marcq ?

Il y a encore du boulot mais si le coach a besoin de moi, je vais me donner à 100% parce que je suis un compétiteur. J’ai un peu de retard physiquement mais ça revient tout doucement. J’ai de meilleures sensations à chaque entraînement et c’est de mieux en mieux. J’ai encore deux ou trois semaines de séances doublées pour prendre le rythme et être à niveau physiquement.

Tous propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

MARCQ-EN-BAROEUL – AC AMIENS

6ème tour de coupe de France

Dimanche 27 octobre, 14h30

Stade Georges Niquet, Marcq-en-Baroeul

Arbitre : M. Esponde

A lire aussi : 

National 3 : L’AC Amiens et l’Amiens SC (b) respirent un peu mieux

Azouz Hamdane (AC Amiens) : « C’est plutôt bon signe ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *