À Caen, la pression est également au rendez-vous

Premier non relégable, avec un match en retard face à Nantes, Caen n’en demeure pas moins sous pression avant d’affronter Amiens, samedi. Journaliste pour France Bleu Normandie, Olivier Duc nous en dit plus sur le contexte entourant ce match dans le camp normand.

Olivier, ce serait un euphémisme de dire que le match entre Amiens et Caen est déjà déterminant dans la course au maintien…

C’est un gros tournant, c’est une certitude. Toutefois, on essaie de relativiser du côté du Stade Malherbe en se disant qu’il y aura encore quatorze matches derrière. Surtout, on tente de vous refiler la pression en disant que Caen est devant au classement et que, surtout, il y a un match en retard face à Nantes. Maintenant, quand on regarde le classement, on voit que Caen n’a gagné que trois matches depuis le début de la saison. On est déjà en février et le mois de mars s’annonce très compliqué avec Paris, Monaco, Saint-Etienne et Rennes au programme. C’est donc important de prendre des points avant ces échéances. Amiens représente donc le premier gros match des hommes de Fabien Mercadal.

À Amiens, on assume pleinement l’importance de ce match alors qu’on essaie donc de la relativiser à Caen…

C’est clairement ça. En même temps qu’il essaie de mettre la pression sur Amiens, Fabien Mercadal estime toutefois qu’il faut savoir vivre avec quand on est professionnel. Dans ce type de match, où ça peut se jouer sur des détails, la carte psychologique peut s’avérer importante. C’est de la communication car tous les signaux sont véritablement au rouge aujourd’hui. On commence aussi à ressentir de la frustration chez les joueurs. Il est donc impérativement de prendre des gros points.

D’autant qu’un ultimatum de points aurait été fixé aux joueurs et au staff technique sur ce mois de février…

Le président a rencontré les joueurs et le staff, il a effectivement donné un impératif de points sur le mois à venir. Maintenant, on ne connaît pas le nombre de points fixés et la finalité si celui-ci n’est pas atteint. Le coach peut-il être le fusible si les résultats ne sont pas bons ? On n’en a pas la certitude. De toute manière, Caen doit impérativement marquer entre trois et cinq points sur ce mois de février. Dans le cas contraire, ça deviendra très compliqué d’espérer le maintien.

Amiens et Caen suivent des trajectoires un peu similaires cette saison…

Comme Amiens, on a du mal à prendre des points et à marquer des buts. Maintenant, on a perdu moins de matches, on a pris moins de buts et le goal-average est en faveur du Stade Malherbe. De manière générale, la trajectoire des deux équipes est effectivement inquiétante. Surtout, elles doivent prendre en compte que Monaco est actuellement dans ce mauvais wagon. Et je pense très sincèrement qu’ils vont finir par décoller. Il n’y aura donc pas de place en Ligue 1 pour tout le monde. Amiens ou Caen devra impérativement accélérer pour s’éviter le pire.

Amiens pourrait peut-être profiter du match de Coupe de France disputé par Caen au milieu de semaine. Selon vous, c’est véritablement un désavantage pour les Normands ?

Jusqu’ici, la Coupe de France a été une bouffée d’oxygène pour Caen, ça a permis de remporter des matches alors que l’équipe était en difficulté en Ligue 1. Cela permet donc de garder une certaine dynamique même si le match à Bastia a été difficile. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas eu d’explosion de joie dans le vestiaire après ce match. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura de la fatigue puisqu’une bonne ossature de l’équipe qui jouera contre Amiens était présente en Corse, mardi soir. On verra dès les premières minutes si c’est véritablement un inconvénient.

À l’aller, Thomas Monconduit avait fustigé le jeu caennais en après-match. Son discours n’avait pas été très bien accueilli par les supporters normands. Est-ce encore un sujet à la veille de ce match retour ? 

Même si Fabien Mercadal en a reparlé, il a souligné qu’il ne fallait pas s’arrêter à ça. Pour tout dire, on avait un peu oublié cette sortie malheureuse de votre milieu de terrain. Ce n’est pas un ressort sur lequel il compte s’appuyer sur ce match.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.