[21/22] Le #11HDF du week-end #13 : La jeunesse prend le pouvoir !

Cette saison, la rédaction du 11 Hauts-de-France vous propose son onze-type du week-end après chaque journée de Ligue 1 et de Ligue 2. Pour cette nouvelle semaine de compétition, la réparation entre les différents clubs est sensiblement égale au sein d’une équipe relativement jeune avec pas moins de quatre joueurs de 21 ans ou moins. 

Le #11HDF du week-end (29 octobre au 1er novembre)

Lucas Chevalier *** (VAFC) : Sans lui, l’addition aurait été bien plus lourde. Impuissant sur le fantastique but de Gaëtan Perrin, Lucas Chevalier a longtemps repoussé l’échéance, notamment en première période, lors de la défaite du VAFC face à l’AJ Auxerre. Avec pas moins de sept sauvetages, dont un arrêt un peu miraculeux avec l’aide de son poteau, le jeune gardien prêté par le LOSC a parfaitement relevé la tête après une sortie plus mitigée à Amiens le week-end dernier.

Zeki Celik ** (LOSC) : Si le côté droit du LOSC a longtemps été imperméable, c’est bien parce que l’international turc a réalisé une très bonne prestation. Au duel avec Neymar pendant près d’une heure, Zeki Celik n’a pas laissé grand chose à la star parisienne, remportant haut la main sa confrontation, étant même souvent proche de faire sortir le Brésilien de ses gonds grâce à la qualité de ses interventions. Logiquement plus en difficulté quand son équipe a reculé, il a longtemps sauvé les meubles défensivement avant l’égalisation qui vient de son côté.

Formose Mendy ***** (Amiens SC) : Les semaines passent et le sentiment au sujet de Formose Mendy ne cesse de se confirmer. Arrivé sur la pointe des pieds en Picardie, le Sénégalais fait aujourd’hui partie des éléments forts du dispositif défensif de Philippe Hinschberger. A l’exception d’une intervention litigieuse en fin de match, le défenseur central de 20 ans a rendu une copie proche de la perfection à Bastia, le tout avec un sentiment de solidité extrêmement rassurant.

Alioune Ba ** (USL Dunkerque) : Aligné dans une défense à quatre pour la première fois de la saison, Alioune Ba est l’un des principaux acteurs du succès dunkerquois face au Havre. Impérial, l’ancien orléanais a maintenu toute son équipe à flot, notamment lors des dernières minutes de la rencontre, réalisant des interventions décisives face aux assauts havrais. Un symbole d’assurance dans le rôle de leader dans les efforts collectifs.

Przemyslaw Frankowski **** (RC Lens) : En difficulté en première mi-temps, réalisant des approximations techniques inhabituelles, à l’image de l’équipe, Przemyslaw Frankowski s’est réveillé en seconde période. Retrouvant sa qualité de percussion sur l’aile gauche, le piston polonais s’est montré très disponible sur les offensives lensoises. Solicitant un très grand Lopes à trois reprises, la recrue estivale du RC Lens a surtout éteint Shaquiri au fil de la rencontre.

Renato Sanches * (LOSC) : A-t-on retrouvé le très bon Renato Sanches ? Plutôt en demi-teinte jusqu’à présent, le Portugais a confirmé sa montée en puissance à Paris en réalisant un très grand match. Véritable meneur de jeu reculé dans un double pivot aux côtés de Xeka, Sanches a martyrisé le milieu parisien pendant plus d’une heure et a été l’instigateur de pratiquement toutes les offensives lilloises de la rencontre. Un peu plus en difficulté sur le plan physique dans la dernière demi-heure, il a ébloui le Parc des Princes de son talent.

Seko Fofana ****** (RC Lens) : Comme à son habitude, généreux dans l’effort, Seko Fofana a été le Lensois le moins perdu en première période. Encore plus appliqué en seconde, sa percussion et ses envies constantes d’aller vers l’avant ont permis au RC Lens d’énormément se projeter lorsqu’il prenait le contrôle du ballon. Pas récompensé sur sa tentative en toute fin de rencontre, le capitaine lensois à, de nouveau, tenu son grade.

Ilyes Hamache ** (VAFC) : La petite pépite du VAFC s’affirme. Après une entrée en jeu tonitruante face à Dunkerque, l’attaquant de tout juste 18 ans était cette fois-ci titulaire dans un rôle d’attaquant droit. S’il n’a pas touché beaucoup de ballons (34), il a été dangereux sur chacune de ses prises de balles. Et s’il fait parfois preuve d’un peu de gourmandise, il apporte aussi un dynamisme sans égal au sein d’une animation offensive jusqu’ici beaucoup trop Robail dépendante. Et son but plein de sang-froid ne fait que bonifier une copie extrêmement intéressante.

Gaël Kakuta *** (RC Lens) : Entré en jeu à la pause à la place de Florian Sotoca, Gaël Kakuta a apporté l’électrochoc qu’il manquait au RC Lens. Facilitant les transmissions au milieu de terrain, le Congolais a eu l’occasion d’ouvrir le score une minute seulement après son entrée sur la pelouse. Se consolant quelques minutes plus tard en délivrant la passe décisive pour Kalimuendo, au terme d’une action collective d’exception, Kakuta a continué de buter sur Lopes à deux reprises jusqu’au coup de sifflet final. Placé sur le banc de touche, une deuxième fois de suite, le joueur lensois a démontré qu’il était une clé indispensable au jeu des Artésiens. 

Bilal Brahimi *** (USL Dunkerque) : Arrivé tel un inconnu de la réserve du Havre pour combler l’effectif dunkerquois cet été, Bilal Brahimi s’est déjà fait un nom au Stade Marcel Tribut après seulement quatorze journées. Face à son ancien club, le milieu offensif maritime à une nouvelle fois illuminé la rencontre de son talent. Jamais avares d’effort, Brahimi a régalé les supporters dunkerquois d’un ballon piqué parfait dans le petit filer havrais. Désormais tête d’affiche de Dunkerque, le natif de Villepinte se trouve en pleine confiance dans la série de résultats positifs du club nordiste.

Jonathan David *** (LOSC) : Remuant, disponible, dans tous les bons coups et auteur de l’ouverture du score, Jonathan David a encore montré toute son importance au Parc des Princes, vendredi soir. Alors que le duo Bamba-Yilmaz était en grande difficulté sur la gauche de l’attaque lilloise, le Canadien a fait très mal à la défense parisienne par ses excellentes courses et sa capacité à faire la différence balle au pied. Aurait pu réaliser un match au presque parfait s’il avait conclu pour le 2-0.

(*) Le nombre d’étoiles représente le nombre d’apparitions d’un joueur dans l’équipe-type du week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *